Home Blog Page 3

Le psychologue Carl Jung autour de la spiritualité

0

Carl Jung sur la spiritualité

Carl Gustav Jung 26, juillet 1875, Kesswil, – 6, juin 1961, Küsnacht) était un psychiatre suisse, un penseur influent et fondateur de la psychologie analytique. L’approche unique et largement influente de Carl Jung en psychologie a mis l’accent sur la compréhension de la psyché en explorant les mondes du rêve, de l’art, de la mythologie, de la religion mondiale et de la philosophie.

Bien qu’il ait été psychologue théorique et clinicien praticien pendant la majeure partie de sa vie. Carl Jung a consacrée une grande partie de sa vie à explorer d’autres domaines, notamment la philosophie orientale et occidentale, l’alchimie, l’astrologie, la sociologie, ainsi que la littérature et les arts. Ses contributions les plus notables incluent sa conception de l’archétype psychologique, l’inconscient collectif et sa théorie de la synchronicité.

Le psychologue Jung autour de la spiritualité

Carl Jung a souligné l’importance de l’équilibre et de l’harmonie. Il a indiqué que les humains modernes dépendent trop de la science et de la logique et gagneraient à intégrer la spiritualité et l’appréciation du domaine inconscient. Les idées jungiennes ne sont généralement pas incluses dans le programme d’études des départements de psychologie de la plupart des grandes universités, mais sont parfois explorées dans les départements des sciences humaines.

Le travail de Carl Jung sur lui-même et ses patients l’a convaincu ainsi que la vie a un but spirituel au-delà des objectifs matériels. Selon lui, notre tâche principale est de découvrir et avant tout de réaliser notre profond potentiel inné. Sur la base de son étude du christianisme, de l’hindouisme, du bouddhisme, du gnosticisme, du taoïsme et d’autres traditions, Carl Jung croyait donc que ce voyage de transformation, qu’il appelait l’individuation, est le cœur mystique de toutes les religions. C’est aussi un voyage pour rencontrer le soi et en même temps pour rencontrer le Divin. Contrairement à Sigmund Freud, Carl Jung pensait que l’expérience spirituelle était essentielle à notre bien-être.

Le travail et les écrits de Jung à partir des années 1940 se sont concentrés sur l’alchimie.

En 1944, Carl Jung a publié Psychology and Alchemy, où il a analysé les symboles alchimiques et a montré une relation directe avec le processus psychanalytique, et une métaphore du processus d’individuation.

Citations de spiritualité de Carl Jung

Jung souligne que “Tant que l’inconscient n’est pas amené à la conscience, il dirigera votre vie, et vous l’appellerez destin”.

« Tout ce qui nous irrite sur les autres peut nous conduire à une meilleure compréhension de nous-mêmes. »

Autant que nous pouvons discerner, le seul but de l’existence humaine est d’allumer une lumière dans l’obscurité du simple être.

La chaussure qui convient à une personne en pince une autre; il n’y a pas de recette de vie qui convient à tous les cas.

Votre vision ne deviendra claire que lorsque vous regarderez dans votre cœur. Qui regarde dehors, rêve. Qui regarde à l’intérieur, se réveille.

C’est probablement dans l’ensemble que nous rêvons continuellement, mais cette conscience fait un tel bruit que nous ne l’entendons pas.

Nous nous rencontrons maintes et maintes fois sous mille déguisements sur le chemin de la vie.

Carl Jung

Débarrassez-vous de l’anxiété

Techniques simples qui vous aideront à surmonter l’anxiété

L’anxiété est une peur de l’avenir. Vous êtes-vous déjà surpris à vous demander : « Comment se déroulera mon entretien ? », « Que vais-je faire après avoir terminé mes études ? » ou quelque chose de similaire ? Ce sont des moments d’anxiété dans votre vie. L’anxiété n’est pas exclusive à certaines personnes. Chaque être humain se sent anxieux à un moment de sa vie. Ce n’est un sujet de préoccupation que lorsque vous commencez à en faire l’expérience plus souvent que vous ne le devriez. L’anxiété ne devient vicieuse que lorsque votre routine quotidienne est affectée par votre anxiété. C’est à ce moment que vous devez prendre les mesures nécessaires pour surmonter l’anxiété et vivre une vie normale. Avant de parler des mesures pour vaincre l’anxiété, examinons d’abord en profondeur ce qui cause l’anxiété et où cela pourrait-il nous mener si nous ne prenons pas les mesures appropriées pour la vaincre.

Quelles sont les causes de l’anxiété ?

La cause fondamentale de l’anxiété est l’inquiétude. Imaginez que si vous n’étiez pas inquiet concernant une situation, vous n’auriez pas peur qu’elle se reproduise à l’avenir. Par exemple, si votre entretien n’est pas source d’inquiétude, vous n’y pensez même pas et vous allez juste le passer quand c’est le moment de la faire. Mais, malheureusement, les choses ne fonctionnent pas ainsi ! Chaque être humain a ses propres problèmes d’inquiétude et de peur. C’est pourquoi l’anxiété se présente à différents moments de notre vie. La peur normale et rationnelle est la cause de l’anxiété, jugée normale, que nous connaissons tous. Lorsque les gens commencent à trop réfléchir et à s’inquiéter de façon irrationnelle et trop fréquente, c’est à ce moment que l’anxiété a le potentiel de se transformer en trouble anxieux. Il existe une frontière entre l’anxiété normale et l’anxiété chronique ou sévère. Voyons si vous souffrez d’anxiété sévère ou chronique.

Les signes indiquant que vous souffrez d’anxiété grave

La nervosité

Si vous souffrez de l’un des troubles anxieux, que vous vous retrouverez nerveux la plupart du temps. Être avec beaucoup de gens peut sembler difficile et vous pouvez vous sentir agité. L’anxiété s’accompagne également de tremblements du corps, de tremblements des jambes ou des mains, d’un essoufflement, d’une accélération du rythme cardiaque, d’une augmentation de la pression artérielle et de la fatigue.

Inquiétude excessive

Comme nous l’avons déjà évoqué, s’inquiéter est quelque chose de vraiment normal. Tout ce qui est important pour nous est source d’inquiétude. Mais, lorsque nous passons au niveau supérieur en nous souciant la majorité du temps des toutes les choses, qu’elles soient grandes ou petites, cela devient un trouble anxieux. Surtout, si votre anxiété persiste pendant plus de 6 mois, vous serez diagnostiqué avec un trouble anxieux.

Peurs irrationnelles

Généralement, les gens ne se soucient pas de tout. Ils sont plus spécifiques et il y a quelque chose de particulier qui cause une inquiétude et une peur extrêmes. Par exemple, vous pourriez avoir tellement peur des serpents que vous ne pouvez pas toucher les cordes ou regarder les serpents à la télévision ou dans les livres sans paniquer. C’est à ce moment-là que vous pouvez considérer le fait que vous souffrez d’un trouble lié à l’anxiété.

Problèmes liés à la digestion

Si vous avez des problèmes liés à la digestion, comme la constipation, les crampes, les ballonnements, les gaz, l’acidité, etc., il y a des chances que vous souffriez d’anxiété chronique. Bien que cela ne signifie pas nécessairement que vous souffrez d’anxiété, l’anxiété affecte généralement facilement votre digestion. La recherche prouve que pour beaucoup de gens, l’anxiété et le syndrome du côlon irritable (IBS) se produisent ensemble.

Comment surmonter l’anxiété

La plupart des gens acceptent l’anxiété comme un état mental permanent – quelque chose avec laquelle ils devraient vivre. Pour être honnête, la première étape pour surmonter l’anxiété est de se rendre compte que l’anxiété ne doit pas être un état permanente. Cela dépend totalement des efforts que vous essayez de faire pour vous en débarrasser. Deux choses dont vous devez vous munir avant d’entamer votre combat contre l’anxiété et qui ne sont autre que la patience et la persévérance. Cela prend certainement du temps et vous devez fournir des efforts cohérents et constants pour avoir, ne serait-ce que le plus petit des changements dans votre pensée et votre comportement. Quiconque accepte ces faits peut aller de l’avant et trouver les meilleurs conseils pour surmonter l’anxiété pour de vrai.

Trouver la raison cachée derrière votre anxiété

Nous savons tous que pour pouvoir surmonter n’importe quel problème, nous devons d’abord creuser suffisamment pour trouver la raison pour laquelle il se produit ou se manifeste. Il en va de même pour l’anxiété. Vous devez d’abord réfléchir et découvrir ce qui vous rend anxieux. Si vous vous posez quelques questions, vous pourrez peut-être découvrir de quoi il s’agit. Ce sont des questions que vous devriez vous poser-

  • Qu’est-ce qui m’inquiète le plus ?
  • Depuis combien de temps cela m’inquiète-t-il ?
  • Quand cela se produit-il normalement ?
  • Comment je me sens quand je pense à cette raison qui me rend anxieux ?

Par exemple, si c’est une présentation devant toute la classe qui vous fait peur ou vous inquiète, vous avez une réponse à votre première question. La réponse à la deuxième question pourrait être de 5 mois. Ensuite, vous continuez à répondre à la question suivante — cela se produit normalement une nuit avant la présentation et c’est très éprouvant pendant que je fais la présentation. Maintenant, le plus important est la réponse à la dernière question. En répondant à la dernière question, vous découvrez vos symptômes. Une fois que vous avez fait cela, vous pouvez penser à des moyens de contrôler les symptômes et de réduire votre anxiété.

Il existe différents types de troubles anxieux. Ainsi, lorsque vous découvrez la raison pour laquelle vous êtes anxieux, vous pouvez également avoir une idée du type de trouble anxieux auquel vous êtes confronté. Cependant, l’autodiagnostic n’est pas suggéré ici. Vous devez absolument aller chez un spécialiste avant de conclure le type de trouble anxieux que vous avez. Fondamentalement, il existe 4 types de troubles anxieux de base qui sont présentés ci-dessous :

Anxiété généralisée

Le trouble d’anxiété généralisée est le type d’anxiété qui inquiète les gens dans l’exécution des tâches quotidiennes. C’est le type le plus courant.

Les Phobies

Les phobies sont plus spécifiques. Lorsque vous avez une peur irrationnelle de quelque chose ou d’une situation, cela s’appelle une phobie. Dans une phobie, vous devenez anxieux ne serait-ce qu’en pensant au sujet de la phobie.

Phobie sociale

Le trouble d’anxiété sociale fait référence à la peur d’être dans une situation sociale ou dans un cadre inconnu. Lorsqu’une personne atteinte de trouble d’anxiété sociale entre en contact avec un grand nombre de personnes ou de lieux inconnus, la personne commence à montrer des symptômes d’anxiété, comme la transpiration, les tremblements, l’essoufflement, etc.

Névrose obsessive compulsive

Le trouble obsessionnel compulsif est l’un des troubles psychologiques les plus compliqués. Ce trouble se caractérise par une pensée obsessionnelle (comme être trop angoissé par les bactéries) et, par conséquent, être contraint d’effectuer une action répétitive pour se débarrasser de l’anxiété (comme se laver les mains toutes les 5 minutes).

Forcez-vous à être positif

L’anxiété amène toujours une personne à penser de manière négative. Quelle que soit la question, si vous êtes inquiet à ce sujet, vous ne trouverez qu’une réponse négative. Dans de telles circonstances, une personne perd facilement espoir, développe une faible estime de soi et devient totalement négative. C’est là où vous devez constamment vous rappeler de penser d’une manière positive. Cela peut sembler drôle et impossible. La vérité est que chaque habitude se forme lorsque vous répétez l’action encore et encore. De même, lorsque vous continuez à penser volontairement d’une manière positive et constructive, vous développerez l’habitude de ne plus compter les aspects négatifs d’une situation, mais plutôt de voir le bon côté des choses (lire candide ou l’optimisme de Voltaire, critiqué à tort pour la même raison).

La respiration profonde

La respiration profonde est la solution la plus utile lorsque vous souffrez d’anxiété à un certain moment. Dès que vous vous sentez anxieux, transpirez, tremblez, devenez essoufflé, respirez profondément. Vous serez étonné de voir à quel point elle peut vous aider à combattre l’anxiété que vous ressentez à ce moment-là. Cela vous permet de mieux prendre des décisions et résoudre des problèmes au lieu de lutter contre votre état anxieux. Elle détend votre tension artérielle et ramène votre rythme cardiaque à la normale. Cela permet au sang de passer à votre cerveau d’une manière plus saine.

Une bonne et profonde respiration devrait vous permettre de vivre l’instant présent et d’arrêter vos projections négatives (dites-vous tout simplement que rien ne compte plus en ce moment que ma respiration, et que vos idées ne sont pas vous, mais juste une manifestation de votre inconscient), c’est aussi une excellente idée d’en faire une habitude et de mettre de côté environ 10 à 20 minutes par jour pour la respiration profonde. Cela vous aide à vous détendre après une journée stressante et à maintenir un équilibre entre votre esprit et votre corps.

La Méditation

Lorsque nous revenons à la raison pour laquelle nous devenons anxieux, nous savons que ce sont des pensées excessives et inquiétantes. Lors de la méditation, vous laissez toutes les pensées qui vous viennent à l’esprit, bonnes ou mauvaises, laisser passer. Lorsque vous méditez, vous vous empêchez de penser volontairement et d’ajouter plus de sens et de pensées à votre anxiété déjà existante. Une fois que vous commencez à pratiquer la méditation, vous apprendrez progressivement à vous détacher des raisons qui vous rendent anxieux. Une fois que votre esprit pratique l’art du détachement, les raisons qui vous rendaient anxieux n’auraient plus d’importance et vous surmonteriez ainsi l’anxiété. Cependant, c’est un processus très progressif et vous devez être très cohérent dans votre pratique. (en savoir plus sur les bienfaits de la méditation)

Manger sainement

La raison pour laquelle nous devons manger sainement et éviter certains aliments si nous avons de l’anxiété est que l’anxiété et votre intestin sont étroitement liés. La nourriture que nous mangeons contient des éléments qui déclenchent certaines hormones dans notre corps. Lorsque nous parlons d’une alimentation saine, nous voulons éviter les aliments qui peuvent déclencher ou aggraver nos problèmes d’anxiété. Certains des aliments que vous devez éviter lorsque vous souffrez d’anxiété sont-

  • Aliments acides, comme les cornichons, la crème sure, les œufs, etc.
  • Tabagisme
  • Café,
  • Aliments frits,
  • Sucres raffinés

Il existe également des aliments qui peuvent vous aider en réduisant les symptômes liés à l’anxiété et à surmonter l’anxiété.

  • Légumes
  • Fruits frais
  • Eau
  • Aliments riches en magnésium, comme le tofu, les haricots noirs, etc. ou suppléments de magnésium
  • Acides gras oméga-3 des graines de lin

Thérapie d’auto-exposition

La thérapie d’exposition est l’un des remèdes les plus efficaces qui vous permettent de surmonter l’anxiété de manière à ce qu’elle ne se reproduise plus pour la même raison. Cela signifie essentiellement que vous vous exposez volontairement à la situation qui vous fait peur ou vous rend anxieux. Avec une exposition répétée, vous vous y habituez et devenez progressivement résistant à l’anxiété. Elle vous aide à surmonter l’anxiété et à devenir confiant en même temps. Cependant, n’en faites pas une explosion soudaine plus qu’une exposition. Au lieu de cela, commencez lentement et exploitez chaque situation qui vous permet de faire face à la situation qui cause l’anxiété. Par exemple, si vous souffrez de peur de la scène, le moyen de surmonter complètement l’anxiété qui y est liée est de profiter de toutes les opportunités que vous avez de monter sur scène. Cela vous donne plus d’expérience par rapport à ce dont vous vous méfiez. Généralement, la thérapie par exposition est conçue par des thérapeutes pour les problèmes d’anxiété liés aux phobies. Mais elle est aussi utile pour traiter tout type de problème lié à l’anxiété autant que pour la phobie.

Consultez un thérapeute

Si vous souffrez d’anxiété depuis plus de 6 mois, vous devez consulter un thérapeute. L’anxiété persistante peut en effet, prendre la forme d’un trouble anxieux et peut devenir difficile à combattre par vous-même. La principale raison pour laquelle vous allez chez un thérapeute est de la faire diagnostiquer avec précision. Un thérapeute pourra vous dire la gravité de vos problèmes d’anxiété et définir le type de thérapie qui vous convient. Avec l’aide d’un thérapeute, il devient plus facile de trouver la raison de votre anxiété et de s’en débarrasser. De plus, cela donne beaucoup de motivation, de soutien mental et de confiance d’avoir quelqu’un qui est là pour vous aider.

Vous pouvez débarrasser de l’anxiété si vous avez assez de patience et décidez de persévérer. Se débarrasser de l’anxiété, c’est comme se débarrasser de toute dépendance. C’est la dépendance à la réflexion excessive qui mène à l’anxiété. Une fois que vous avez trouvé des moyens d’arrêter de trop penser, vous êtes sur le point de mener une vie sans anxiété.

Résumé des techniques de la persuasion

En parlant des techniques de persuasion, on peut se demander : comment se fait-il que certaines personnes soient si incroyablement convaincantes ? Pouvons-nous tous apprendre et exploiter ces compétences ? Après avoir étudié les chefs politiques, sociaux, commerciaux et religieux les plus influents, et essayé moi-même d’innombrables techniques, voici les leçons cruciales que j’ai identifiées pour convaincre les gens. 

LE B.A-BA de la persuasion

Contexte et Moment —Les éléments de base d’une bonne communication et d’une meilleure persuasion sont le choix du moment et du lieu opportun (espace et temps).Le contexte crée une norme relative de ce qui est acceptable. Par exemple, l’expérience des prisonniers de Stanford a prouvé que des élèves surdoués pouvaient être transformés en gardiens de prison dictatoriaux. L’INSTANT présent influence nos besoins et attentes et aussi les techniques de persuasion à adopter. Nous avons tous choisi, ou en tout cas, la grande majorité d’entre nous des partenaires différents de ceux que nous voulions étant plus jeunes, car ce que nous voulons change dans l’espace et le temps.

Manipuler est exercer une contrainte ou forcer quelqu’un, de quelque manière que ce soit, de faire quelque chose qui n’est pas dans son propre intérêt. Persuader est un art consistant à amener les gens à faire des choses dans leur propre intérêt et qui leur sont également bénéfiques.

Persuader qui, où et comment ? 

N’importe qui peut adhérer à votre opinion si seulement vous arrivez à choisir le bon moment et le bon endroit, mais cela n’est pas toujours facile. Les campagnes publicitaires et spécialistes en communication consacrent leur temps et leur argent sur un petit groupe de personnes, ce qu’on appelle « les super communicateurs », ce sont les gens qui peuvent réellement influencer les autres. La première étape de la persuasion est toujours d’identifier ces personnes qui, à un moment donné, peuvent être convaincues par votre point de vue et faire en sorte qu’il diffuse votre message à une plus grande ampleur.

Vous devez être intéressé pour être persuadé 

Vous ne pouvez jamais persuader quelqu’un qui n’est pas intéressé par ce que vous dites. Tout le monde est intéressé par son petit univers et passe la plupart de son temps à planifier comment se faire plus d’argent, comment tomber amoureux de la bonne personne ou comment être en bonne santé. La première règle de l’art de la persuasion est d’apprendre à parler constamment aux gens de ce qui les motive ; si vous arrivez à bien vous y prendre, vous pourrez toujours captiver leur attention.

RÈGLES GÉNÉRALES DE LA PERSUASION

La persévérance finit toujours par payer 

Avant tout, si vous êtes prêt à continuer de demander ce que vous voulez. Puis, continuez à démontrer sa valeur pour vous, vous finirez certainement par l’avoir. La façon dont tant de personnages historiques ont finalement convaincu des masses de gens est de rester persistants dans leurs efforts et leur message. Prenons l’exemple d’Abraham Lincoln, qui a perdu sa mère, ses trois fils, une sœur et sa petite amie, a échoué en affaires et a perdu huit élections distinctes avant d’être élu président des États-Unis.

La Réciprocité 

C’est la règle du donnant donnant, mais avec quelques petites nuances ! Cela fait partie intégrante de la nature humaine de chercher à s’entraider pour prospérer et faire encore plus. Ce qu’il faut savoir c’est que vous pouvez user de ce principe à votre avantage de manière à rendre vos techniques de persuasion encore plus efficaces. En offrant de petits gestes de bonne volonté aux gens qui vous entourent, vous pouvez en récolter plus en retour, des choses qu’ils fourniront avec grand plaisir en guise d’appréciation à vos gestes attentionnés.

Complimenter sincèrement 

Nous sommes tous si positivement affectés par les compliments, et nous sommes plus enclins à faire confiance aux personnes pour lesquelles nous avons de bons sentiments. Essayez de féliciter les gens sincèrement et souvent pour des choses pour lesquelles ils ne sont généralement pas complimentés. c’est la chose la plus simple que vous puissiez faire pour persuader les autres. Et elle ne coûte rien d’autre qu’un petit moment de réflexion.

Définir les attentes 

La partie la plus délicate de la persuasion consiste à savoir tenir compte des espérances et des attentes des autres. Savoir gérer de ce facteur fera de vous une personne plus digne de confiance et d’intérêt aux yeux des autres.  

Le responsable qui offre une augmentation de 20 % des ventes et livre une augmentation de 30 % est récompensé. Par contre le PDG qui promet une augmentation de 40 % et livre 35 % est puni. La persuasion consiste simplement à comprendre et à répondre aux attentes des autres.

Ne jamais rien supposez

Ne jamais prétendre croire ce dont quelqu’un a besoin, offrez toujours votre produit et laissez les autres en juger. Dans les ventes, nous refusons souvent d’offrir nos produits/services parce que nous supposons que les autres n’ont ni l’argent ni l’intérêt s’y rattachant. La meilleure façon d’éviter cela est tout simplement de proposer vos services de la meilleure façon possible et de laisser les récepteurs se créer leur propre avis.

Créer l’authenticité et le désir

La pyramide de Maslow nous apprend que plus nous avançons vers le haut, plus nos besoins se complexifient. Nous voulons tous, ou presque, les mêmes choses que les autres. Si vous voulez qu’une personne s’intéresse par ce que vous offrez, vous devez faire en sorte qu’elle en ressent le besoin et la nécessité. Faire en sorte que l’objet ou le service que vous proposez acquiert cette authenticité qui le rend attrayant aux yeux des autres. Même si ce produit est vous !

Une image vaut mieux que mille mots

Ce que nous voyons est de loin beaucoup plus puissant et intéressant que ce que nous entendons. C’est peut-être la raison pour laquelle les sociétés pharmaceutiques sont maintenant si réceptives aux effets secondaires potentiellement horribles de leurs médicaments. C’est aussi pourquoi ils mettent scène par des gens profitant d’un coucher de soleil à Hawaï tout en profitant de leur traitement. Perfectionnez vos premières impressions. Puis, maîtrisez la capacité de peindre et de créer une image pour les autres, dans leur esprit, d’une expérience future que vous pouvez leur offrir.

Créez l’urgence 

Vous devez d’abord être en mesure de susciter un sentiment d’urgence chez les gens et les inciter à vouloir agir immédiatement. Si on est pas suffisamment motivés pour vouloir quelque chose en ce moment, il est peu probable de trouver cette motivation à l’avenir. Nous devons persuader les gens dans le présent, et l’urgence est notre carte la plus précieuse à jouer et à mettre en œuvre.

Soyez franc 

Parfois, les meilleures techniques de persuasion à utiliser avec quelqu’un est simplement de lui dire des choses sur lui-même. Des choses que personne d’autre ne veut lui dire. Ainsi, faire face aux dures vérités ; les événements les plus perçants et les plus significatifs qui se produisent dans nos vies. Soyez donc franc, mais sans apporter de jugement ni d’ordre du jour ; vous trouverez souvent les réponses des autres assez surprenantes.

Établissez des liens

Nous aimons et faisons plus confiance aux gens qui nous ressemblent et pensent comme nous. Cela va au-delà de nos décisions conscientes jusqu’à nos comportements inconscients. Ainsi, les techniques de persuasion à adopter et de correspondre aux comportements habituels des autres ; (langage corporel, cadence, schémas de langage, etc.), vous pouvez ainsi créer un sentiment de rapport où les gens se sentent plus à l’aise avec vous et deviennent plus ouverts à vos suggestions.

Les compétences personnelles

La Flexibilité comportementale 

C’est celui qui est le plus flexible qui contrôle la donne. Prenant l’exemple d’un enfant cherchant à avoir quelque chose. Son pouvoir de persuasion est presque illimité parce qu’il peut passer par toute une panoplie de comportements. Il ne cherche qu’à obtenir ce qu’il veut en utilisant différentes techniques de persuasion ; (faire la moue, pleurer, négocier, implorer, charmer). De l’autre côté, vous avez les parents ; ils sont bloqués avec leurs réponses uniques, pensant détenir le contrôle, et finissent généralement par céder à l’envie de l’enfant. La règle de conduite : plus vous avez une large gamme d’astuces ; de comportements et de sujets, plus vous êtes capable d’aborder différents profils de personnes.

Transférez de l’énergie positive 

En effet, certains ont la capacité de nous vider de toutes nos ressources ; tandis que d’autres nous transmettent de l’énergie et de l’enthousiasme. Les personnes les plus convaincantes ont aussi la capacité de faire profiter les autres de leur énergie inspiratrice et arrivent ainsi à les revigorer. C’est aussi ce qui influence positivement leurs relations avec les autres. Parfois, cela peut être aussi simple que le maintient du contact visuel ; le toucher physique, le rire, l’excitation dans les réponses verbales ou même une écoute active et attentive.

Ayez de la clarté dans vos idées

La clarté est votre première porte vers une communication efficace. Donc si vous ne pouvez pas expliquer votre concept ou votre point de vue à un élève de secondaire ; qu’il puisse l’expliquer efficacement à un autre, c’est que c’est tout simplement trop compliqué. La simplicité crée la beauté : l’art et le pouvoir de la persuasion consistent à simplifier quelque chose. C’est l’une des techniques de la persuasion qui vous permet d’atteindre l’essence ; à communiquer avec les autres de ce qui leur tient vraiment à cœur.

Préparez-vous comme il faut

Bien se préparer. Votre point de départ et votre meilleur avantage devrait toujours être d’en savoir plus ; que cela soit sur les personnes ou les situations qui vous entourent. Préparer rigoureusement et l’une des conditions pour une persuasion efficace. Par exemple, vous améliorez considérablement vos chances lors d’un entretien d’embauche en maîtrisant parfaitement les prestations ; les aléas et les antécédents de l’entreprise.

Détachez-vous et restez calme lors des conflits 

Personne n’est vraiment efficace quand il est « sur les nerfs ». Dans des situations d’émotion accrue, vous aurez toujours le plus d’effet en restant calme. Être détaché et sans émotion afin d’envisager les meilleures solutions avec objectivité et neutralité. Dans les conflits, les gens se tournent vers ceux qui contrôlent leurs émotions. Ils leur font confiance dans ces moments-là pour les diriger.

Utilisez la colère avec sagesse 

La plupart des gens ne sont pas à l’aise avec les conflits. Lorsque vous êtes prêt à faire grimper une situation ; à accroitre le niveau tension et de conflit, dans de nombreux cas, les autres reculeront. Utilisez alors cette technique avec parcimonie ; ne le faites pas à partir d’une situation émotionnellement éprouvante ou en raison d’une perte de maîtrise de soi. Mais rappelez-vous, vous pouvez aussi utiliser la colère à votre avantage.

Confiance et certitude 

Il n’y a pas de qualité aussi convaincante, enivrante et attrayante que la certitude. C’est la personne qui a un sentiment de certitude débridé qui sera toujours donc en mesure de convaincre les autres. Si vous croyez vraiment en ce que vous faites, vous serez toujours en mesure de persuader les autres de faire ce qui leur convient ; tout en obtenant ce que vous voulez en retour.

La communication et la persuasion

0

LE PLUS GRAND OBSTACLE À LA COMMUNICATION ET À LA PERSUASION EST DE CROIRE QU’IL SUFFIT D’OUVRIR LA BOUCHE POUR QU’ON VOUS COMPRENNE

Quand on parle de la communication et de la persuasion, on remarque que quelque part entre le moment où quelqu’un parle et qu’un autre lui répond, la communication tombe souvent en panne et la persuasion échoue. Si la communication est le pont qui doit être traversé pour passer du domaine des idées et des intentions à celui des mots ; de la compréhension, des décisions et de l’action, un pont brisé ne suffira tout simplement pas à vous faire arriver là où vous le voulez.

Diplomatie, peur du rejet, politiquement correct — il y a de nombreuses raisons pour lesquelles parfois nous ne disons pas ce que nous voulons dire ou ce que nous pensons. Et même lorsque nous le faisons, ce que nous disons n’est pas toujours ce qui est entendu ou compris, ce qui interfère avec votre processus de communication et de persuasion.

Nous avons tous connu les retombées de la communication et de la persuasion inefficace . En effet, une conversation tourne souvent de travers, mortellement blessée par des malentendus, des interprétations erronées et des informations erronées, sans parler du « mauvais » ton de la voix ou de l’expression du visage inappropriée.

Les barrières à la communication gênent non seulement les relations personnelles et vos tentatives de persuasion, mais peuvent également entraver les associations professionnelles et compromettre sérieusement les efforts de négociation.

Développer vos compétences de communication et de persuasion n’est pas une extravagance ou un accessoire que l’on ne trouve que dans les compétences des vendeurs. Que vous souhaitiez d’ailleurs influencer le comportement de vos enfants, convaincre vos employés de respecter les délais ou que votre patron vous accorde une augmentation, vous aurez besoin de ces compétences pour obtenir ce que vous voulez.

CE QUE VOUS NE DEVEZ SURTOUT PAS FAIRE !

La plupart des gens ne savent pas à quel point ils échouent à communiquer et à persuader les autres. Quel que soit le nombre de fois où ils ont complètement été hors-jeu. Maintes et maintes fois, ils font les mêmes choses, utilisent les mêmes techniques de communication et de persuasion qu’ils ont utilisées la dernière fois, même si cela a produit une catastrophe.

L’ambition peut les contraindre à gagner un débat quoiqu’il arrive. L’orgueil peut les empêcher de voir droit. La stupidité peut aussi déformer leurs intentions. Mais le manque de conscience est toujours un coupable, car lorsque vous éveillez cette conscience, l’amélioration de la communication et de la persuasion sera toujours au rendez-vous.

Une façon de comprendre ce qui fonctionne est d’abord de prendre conscience de ce qui ne fonctionne pas en relation à votre communication et aussi à vos compétences de persuasion.

10 OBSTACLES À LA PERSUASION ET LA COMMUNICATION EFFICACES

1. OBSTACLES PHYSIQUES ET PHYSIOLOGIQUES

Ceux-ci incluent la distance, le bruit de fond, un équipement médiocre ou défectueux, une mauvaise audition, une mauvaise vue, ainsi que des troubles de la parole.

2. BRUIT ÉMOTIONNEL ET CULTUREL

Les émotions (colère, peur, tristesse) et les attitudes (avoir toujours raison, se croire supérieur ou inférieur aux autres) affectent l’objectivité, tout comme les hypothèses stéréotypées que les gens font les uns sur les autres en fonction du contexte culturel sont autant de facteur qu’il faut tenir en compte pour une meilleure communication et persuasion.

3. LA PERSUASION ET LA COMMUNICATION

Parler des langues différentes, avoir des accents forts, utiliser l’argot ou le jargon peut aussi frustrer les efforts de communication et de négociation.

4. RIEN OU PEU EN COMMUN

Des exemples, des histoires et des anecdotes peuvent aider à faire passer un message ; sauf lorsque le public ne peut s’identifier à ces éléments, car il ne partage pas une expérience commune avec l’orateur.

5. MANQUE DE CONTACT VISUEL

Ne pas établir de contact visuel est un moyen sûr de susciter des doutes chez les auditeurs ; de perdre leur attention et minimisera l’impact de votre persuasion.

6. SURCHARGE D’INFORMATIONS ET MANQUE DE CONCENTRATION

« Trop d’informations tues l’information » ; comme cela peut embrouiller votre public et le faire se demander si vous ne les submergez pas de détails pour éviter de leur des choses qu’ils préfèrent savoir.

7. NE PAS ÊTRE PRÉPARÉ, MANQUE DE CRÉDIBILITÉ

Si vous n’êtes pas préparé si vous manquez de faits, si vous comptez trop sur votre présentation PowerPoint ; vos auditeurs remarqueront et se sentiront déçus, comme si vous leur manquez de respect. Ils ne vous croiront pas et par la suite votre communication et votre stratégie de persuasion n’aboutira à rien.

8. PARLER TROP

Lorsque vous parlez vous n’écoutez pas ; alors que vous devez écouter et être très attentif aux gens que vous essayez de persuader.

9. ESSAYER TROP DUR, AVOIR L’AIR DÉSESPÉRÉ

Lorsque vous essayez trop fort de persuader quelqu’un, vous pouvez sembler désespéré. Le désespoir ressemble fortement à la manipulation et engendre le désintérêt des gens. Ce qui fait qu’avant que vous n’ayez le temps de prononcer votre prochain discours désespéré ; vous êtes déjà en désavantage.

10. MANQUE D’ENTHOUSIASME

Si vous ne croyez pas en votre position ; produit, service ou quoi que vous essayiez de vendre, ils n’y croiront pas non plus.

CERTAINES CHOSES À FAIRE POUR UNE MEILLEURE COMMUNICATION ET PERSUASION

Alors que certaines personnes sont des persuadeurs naturels, les compétences de persuasion peuvent être apprises comme les autres.

Cultiver ces compétences puissantes de communication et de persuasion est essentiel pour influencer la prise de décision ; le comportement des autres et ainsi atteindre vos propres objectifs et ceux de votre organisation. Négliger d’aiguiser ces compétences se traduit généralement par votre échec ; à obtenir ce que vous voulez et ce à quoi vous avez travaillé dur pour accomplir.

Apprenez comment développer vos compétences de communication et de persuasion ici

Les meilleures techniques de communication

0

Comment développer vos compétences de communication ? Si vous demandez à 10 personnes, « Qu’est-ce que la communication ? » Vous obtiendrez 10 réponses différentes. Pour certains, la communication se limite à ce qu’ils peuvent transmettre par écrit, que ce soit par un roman, un courriel ou un message texte. Tandis que pour d’autres, c’est l’information qui peut être transmise par la parole. Pour aider à clarifier ce terme apparemment vague, nous avons rassemblé un guide de techniques de communication efficaces et des stratégies conçues pour vous aider à maximiser l’efficacité de votre capacité à communiquer à tous les niveaux.

Qu’est-ce que la communication ?

Le dictionnaire Merriam-Webster définit la communication comme l’acte ou le processus d’utilisation de mots, de sons, de signes ou de comportements pour exprimer ou échanger des informations ou pour exprimer des idées, pensées, sentiments, etc., à quelqu’un d’autre.

Il s’agit d’une définition très large, mais elle parvient à englober tout ce qui constitue le concept de communication. Chaque fois que vous transmettez des informations à une autre personne, qu’il s’agisse de votre marchand local ou de votre superviseur au travail, vous utilisez la communication. 

Les compétences en communication, par définition, sont des techniques un peu plus raffinées du concept de communication. Vous pouvez approfondir vos compétences en examinant les meilleurs livres sur les techniques et les compétences en communication. Ces compétences consistent en la capacité de transmettre l’information de façon efficace et efficiente. Un bon communicateur aura de bonnes compétences en communication verbale, non verbale et écrite. Qu’est-ce que chacun d’entre eux implique ?

La communication verbale

La communication verbale consiste à fournir vos informations par l’utilisation de la parole. Si vous pouvez donner des instructions claires et faciles à suivre par téléphone, alors vous êtes un bon communicateur verbal.

La communication non verbale 

La communication non verbale comprend l’utilisation du langage corporel et des expressions faciales. Les acteurs sont maîtres de ce style de communication ; parce qu’ils savent dépeindre des émotions ou délivrer des messages entiers simplement par la façon dont ils tiennent leur corps et positionnent leurs expressions faciales.

La communication écrite 

La communication écrite est simplement le transfert de l’information ou de l’instruction en utilisant le mot écrit. Ce type d’échange d’informations est souvent le plus facile, surtout pour les personnes qui sont mal à l’aise avec les rencontres en face à face.

Pour être un chef d’équipe efficace ou propriétaire d’entreprise, vous devez être à l’aise dans les trois formes de communication. La motivation des gens est difficile si en vous tenant debout avec vos bras croisés sur votre poitrine et la tête baissée. Ceux-ci indiquent que vous êtes une personne fermée et que vous n’avez pas confiance en votre capacité de transmettre efficacement l’information nécessaire.

LES TECHNIQUES ET STRATÉGIES DE LA COMMUNICATION LES PLUS EFFICACES

La communication devient de plus en plus difficile à maîtriser, parce que si peu de gens utilisent réellement les trois formes. Actuellement, nous vivons un réel paradoxe. On plus connectés que jamais et en même temps plus détachés que jamais. La forte dépendance aux téléphones intelligents et autres appareils mobiles est la principale raison de cet état de faits.

Ici, nous avons recueilli les 15 meilleures techniques de communication et des stratégies conçues pour vous aider à apprendre à communiquer correctement.

Le Silence dans la communication

Étonnamment, le silence peut être l’une des stratégies les plus efficaces pour la communication, surtout si vous essayez d’inciter quelqu’un à partager plus d’informations avec vous. Au lieu de répondre immédiatement après la déclaration terminée de votre partenaire, restez silencieux, mais attentif. Cela peut en fait peut encourager les gens à donner plus d’information qu’ils ne l’auraient fait autrement. Pratiquez cela en faisant un jumelage et en discutant simplement de l’actualité dans votre vie.

Poser des questions

Peu importe combien d’informations sont facilement bénévoles, vous n’apprendrez jamais tout ce que vous devez savoir sans poser quelques questions. Quel type de questions devriez-vous poser ?

            •          Les questions fermées sont conçues pour obtenir une réponse simple : oui ou non. Cela peut être un bon outil si vous avez besoin de recueillir des informations de base rapidement ou que vous voulez obtenir une réponse sans une longue explication.

            •          Les questions ouvertes vous fourniront une réponse plus large et plus complète. Au lieu de demander « Puis-je vous être utile ? » (Qui est une question fermée parce qu’on peut y répondre par un oui ou un non) demandez plutôt : « Qu’est-ce qui vous amène à notre magasin aujourd’hui ? »

LES COMPÉTENCES DE COMMUNICATION ET L’ÉCOUTE

La communication est effectivement inutile si vous n’écoutez pas et ne comprenez pas les réponses que vous obtenez en ce qui concerne votre message. Écouter n’est pas seulement utiliser vos oreilles pour recueillir des sons. Vous devez comprendre les choses de manière à pouvoir former une réponse cohérente et bien informée. Une classe ou un séminaire sur l’écoute active est l’un des moyens les plus efficaces d’améliorer vos capacités d’écoute, et par procuration, vos compétences en communication aussi.

FEED-BACK/RÉTROACTION

La rétroaction est une partie importante de la communication, tant de votre part que celle de vos destinataires. Vous devriez être en mesure de transmettre vos informations de manière à ce que vos interlocuteurs puissent vous faire part de leurs commentaires ou critiques concernant vos informations. Ils devraient également être en mesure de formuler des questions directes si quelque chose n’est pas clair. Pour vous exercer à donner et à recevoir des commentaires, travaillez en binôme et essayez de transmettre une certaine forme d’information à votre partenaire. Cela pourrait être aussi simple que votre recette préférée de ragoût de bœuf, ou aussi complexe que le remplacement de l’alternateur dans votre voiture. Une fois que vous avez transmis cette information à votre partenaire au mieux de vos capacités, il ou elle devrait offrir des commentaires sur votre technique et la qualité de l’information.

Cet exercice est également un bon moyen d’apprendre à accepter la critique facilement et d’une meilleure façon.

L’OBSERVATION

C’est une bonne tactique si vous avez vraiment de mauvaises compétences en communication verbale ou non verbale. Trouvez un moyen de vous placer dans ou autour d’une grande foule de personnes. Il n’est important que ce soit des gens que vous connaissez, et dans de nombreux cas, il peut être préférable d’utiliser des gens que vous ne connaissez pas. La seule exigence est que ces personnes doivent être des communicateurs qualifiés.

Une fois que vous avez choisi votre groupe, le but de cet exercice est d’observer. Utilisez vos yeux et vos oreilles pour apprendre comment ces personnes douées communiquent. Une fois que vous avez recueilli suffisamment d’informations, vous devriez essayer de mettre en œuvre certaines des tactiques que vous avez apprises par vos observations. (découvrez aussi notre article sur les meilleures techniques de persuasion.)

PARLER COMME UN LIVRE

Les gens ne lisent pas autant qu’auparavant et cela se voit facilement dans les compétences de communication écrite très pauvres. Les jeunes élevés sur des ordinateurs et des appareils mobiles sont souvent les plus affectés par cela. parce qu’ils ont tendance à transmettre leurs pensées par sténographie et ne font généralement pas attention au niveau de langue qu’ils utilisent et de son adéquation avec le contexte. 

Ce n’est pas nécessaire de ne lire que des livres. Procurez-vous un magazine, un journal ou un livre pour les nuls. Ce que vous lisez n’est pas important ; la partie importante est que vous lisez.

Non seulement la lecture vous tient informé, mais elle peut vous aider à vous adapter et à améliorer vos compétences en communication écrite. Vos compétences verbales peuvent également en bénéficier parce que vous aurez des choses nouvelles et passionnantes à discuter avec vos collègues ou amis.

LA GESTION DU STRESS

La communication peut être très stressante, surtout si vos compétences ne sont pas à la hauteur. Les problèmes ne commencent à survenir que lorsque vous ne pouvez pas atténuer ce stress et que cela commence à interférer avec votre capacité à fournir des informations cohérentes.

Si vous pensez que vous êtes trop stressé par une situation, retirez-vous pendant quelques instants. (n’hésitez pas à consulter notre article sur les moyens et méthodes de la gestion du stress.) Il peut s’agir de toute situation qui cause du stress ou de l’anxiété, comme une dispute ou un désaccord avec un patron ou un collègue. Il suffit de s’éloigner un instant et de prendre le temps de se calmer. Une fois que vous l’avez fait, vous serez en mesure d’aborder la situation avec une tête plus calme et des idées plus claires et la communication deviendra infiniment plus facile.

L’EMPATHIE

L’empathie et/ou la conscience émotionnelle sont également essentielles pour un transfert clair d’informations. Vous pouvez facilement reconnaître quand vos propres émotions causent des problèmes avec votre communication. Être empathique vous donne la capacité de discerner quand les émotions des autres sont susceptibles de causer un problème.

L’empathie est avant tout une partie de la conscience émotionnelle qui se manifeste à partir du langage corporel. Vous pouvez souvent discerner l’état émotionnel d’une personne en regardant simplement comment elle se tient. Une personne heureuse marchera avec la tête en l’air et les épaules en arrière. Elle établira un contact visuel et aura tendance à sourire, ou répondra facilement à un sourire offert. Une personne triste, d’autre part, marchera souvent avec leurs épaules penchées et la tête baissée. Elle ne répondra pas souvent à un sourire offert, et si elle le fait, il n’atteindra pas nécessairement les autres.

Apprendre à lire ces indices émotionnels complexes peut aussi faire de vous un communicateur plus efficace.

L’ENTHOUSIASME

Une des façons les plus faciles d’amener quelqu’un à vous répondre d’une manière positive lorsque vous communiquez est d’apparaître enthousiaste en ce qui concerne ce qu’il vous dit. Personne ne voudra vous parler si vous soupirez, roulez les yeux, ou semblez autrement impatient ou ennuyé pendant qu’il essaie de transmettre ses informations.

Cela peut en fait être aussi simple que de maintenir un contact visuel, et de modifier votre langage corporel pour paraître attentif et intéressé. Des réponses positives énergiques peuvent aider à amplifier ce sentiment d’enthousiasme. Par conséquent, votre conférencier sera plus intéressé à vous parler et terminera la conversation avec une perspective positive globale.

SAVOIR CHOISIR SES MOTS

Avant tout, les mots que vous choisissez d’utiliser pour vous décrire ou décrire vos collègues peuvent avoir un effet dramatique sur leur réceptivité globale à vos compétences en communication. Si vous essayez de favoriser un sentiment de solidarité et de coopération ; utilisez des pronoms comme « nous » et « vous » pour désigner le groupe. Cela les aidera à se considérer comme faisant partie d’une équipe ; plutôt que comme un individu. Nous devons trouver un plan pour nous attaquer à ce projet  ; ce qui implique que tout le monde soit égal et puisse contribuer au groupe. N‘hésitez pas à consulter notre article qui propose un résumé des techniques de persuasion.

Alternativement, si vous essayez de vous démarquer ; en tant que leader ou patron, l’utilisation des pronoms comme « je » et « moi » peut aider certainement. “ J’ai besoin de trouver un plan pour entamer ce projet”; implique donc que vous seul avez ce qu’il faut pour arriver à un plan. Ce qui fait que tout le monde dans l’équipe sera appelé à mettre en œuvre ledit plan une fois qu’il a été achevé.

ET LE SENS DE L’HUMOUR

Garder votre sens de l’humour, même lorsque les choses vont mal. C’est en effet, un excellent moyen d’augmenter vos compétences de communication. Tout le monde aime rire, et cela dissipe le stress et libère des endorphines ; ce qui peut aider à améliorer l’humeur globale de la conversation.

Assurez-vous que votre humour est approprié à la situation. L’utilisation du bon sens et de la discrétion en ce qui concerne l’humour est souvent le pari le plus sûr.

GARDER LE SOURIRE

Rien ne met un membre nerveux de l’équipe à l’aise mieux qu’un sourire amical. Par conséquent, un sourire est votre meilleur outil et aussi votre meilleure arme. Un sourire authentique peut souvent inciter une personne par ailleurs calme ou réservée à être plus ouverte et disposée à communiquer. Il est aussi précieux pour mettre les personnes nerveuses ou inquiètes plus à l’aise.

Votre sourire est en fait également une arme de communication efficace. Lorsqu’un sourire authentique peut encourager des sentiments de chaleur et de sécurité ; un sourire fabriqué peut créer de l’appréhension, voire de la peur. Cela peut être efficace si vous vous trouvez face à un client ou un collègue particulièrement désagréable. Ce genre de sourire n’atteindra généralement pas vos yeux, mais ne laisse aucun doute quant à qui est en charge dans la situation actuelle.

L’HONNÊTETÉ

L’honnêteté est souvent l’un des plus grands obstacles à une communication efficace (en apprendre plus sur la persuasion ici), mais il est l’un des plus faciles à surmonter. Une communication efficace repose en grande partie sur la confiance. Vous devez faire confiance à la personne avec qui vous parlez pour fournir les informations correctes d’une manière facile à comprendre. Vous mettez votre confiance absolue en cette personne pour ne pas vous égarer. L’honnêteté est primordiale dans chaque chose que vous faites. Dans ce cas, c’est vraiment la meilleure politique.

Si vous ressentez le besoin de mentir, pour une raison quelconque ; prenez avant toute chose du recul et retirez-vous de la situation momentanément. Déterminez par la suite pourquoi vous ressentez le besoin de mentir à votre collègue ou patron ; et à partir de là, vous devriez alors être en mesure de déterminer facilement la bonne ligne de conduite.

PARLER POUR TOUT LE MONDE

Un bon communicateur parle à un auditorium plein de gens et fait en sorte que chaque membre quitte la salle avec le sentiment que la présentation était faite exclusivement pour lui. C’est le genre de niveau de compétence que vous devez vous efforcer d’atteindre. La première étape pour ce faire est de trouver un séminaire ou une classe enseignée par un communicateur qualifié. Et par la suite, observer la façon dont il travaille avec le public. À partir de là, vous pouvez prendre les choses que vous avez apprises et les mettre en œuvre dans vos propres communications.

Ne jamais cesser d’apprendre

Consultez notre article : “comment devenir plus persuasif”

C’est souvent la plus grande erreur que les gens font en apprenant à communiquer correctement. Ils pensent qu’après être devenu un communicateur efficace, il ne leur reste plus rien à apprendre. Cependant, Albert Einstein l’a bien dit :

Une fois que vous avez arrêté d’apprendre, vous commencez à mourir.

Il y a de nouvelles percées dans les domaines de la communication chaque jour ; car les gens découvrent de nouvelles façons plus efficaces de faire les choses. Toutefois, si vous refusez de continuer à apprendre ; vous allez être dépassé et vous serez incapable de rivaliser avec ceux qui se sont penchés sur les nouvelles techniques.

Il n’y a aucune compétence sur cette Terre qui puisse remplacer la capacité de communiquer efficacement. Toutes ces techniques et stratégies prendront un certain temps à apprendre ; mais une fois que vous les avez maîtrisées, il n’y a rien que vous ne pouvez pas faire.

Tout savoir sur la méditation

0

La méditation / origine

La pratique de la méditation est devenue populaire dans de nombreux pays occidentaux.En particulier aux États-Unis. Un corpus de recherche sans cesse croissant ; montre divers avantages pour la santé associés à la méditation. Aussi, ces découvertes ont suscité de l’intérêt dans le domaine de la médecine. La méditation est l’une des modalités utilisées dans l’Ayurveda (Science de la vie). C’est aussi un système de santé complet et naturel qui est né à l’époque védique ancienne de l’Inde.

Le terme « méditation » est maintenant vaguement utilisé pour désigner un grand nombre de techniques diverses. Ceux-ci incluent notamment : la contemplation, la concentration, l’utilisation de sons de la nature tels que l’océan, la méditation guidée, les exercices de mouvements méditatifs tels que le yoga et le tai-chi, le qi gong, les exercices de respiration et le mantra. Ces techniques fonctionnent à différents niveaux tels que les sens, l’esprit, l’intellect et les émotions. Il est à noter que certaines techniques sont faciles à apprendre et à pratiquer ; tandis que d’autres sont plus difficiles et peuvent amener les participants à abandonner la pratique assez rapidement. Selon la science védique, (la connaissance des textes védiques de l’Inde ancienne); le véritable but de la méditation est de se connecter à son Soi intérieur profond. Les techniques qui atteignent ce but servent le véritable but de la méditation.

Les corrélats neurologiques et physiologiques des expériences méditatives ont été fortement étudiés. Cet article décrit le processus de méditation à un niveau plus fondamental ; vise à éclairer d’une nouvelle lumière le mécanisme sous-jacent plus profond des effets bénéfiques associés à la méditation. La recherche sur les effets de la méditation est résumée dans ce qui suit.

Le processus de la méditation

Pour vraiment comprendre la méditation ; il faut comprendre comment l’être humain est vu par la science védique. La connaissance des textes védiques de l’Inde ancienne. L’être humain se compose de trois aspects, avec leurs fonctions associées :

  1. Le Corps physique
  2. Faculté intérieure : la conscience de travail, qui est en constante évolution. Elles comprennent : 
    1. Esprit : Traite les perceptions sensorielles ; a la qualité de la dualité, comme on le voit dans des paires d’opposés, par exemple, le plaisir et la douleur, le bien et le mal, le chaud et le froid, etc.
    2. Intellect : analyse, discrimine, décide et juge
    3. Ego : L’acteur et expérimentateur
    4. Chitta : Le magasin de tous les souvenirs et impressions de la vie
  3. Soi intérieur profond : la pure conscience immuable, qui a la qualité d’unité et témoigne de l’activité de la faculté intérieure. Le Soi intérieur profond est la source de toutes les connaissances ; l’intelligence, la créativité et toutes les lois naturelles qui régissent l’existence.

Selon la science védique, le Soi intérieur profond active la faculté intérieure. La conscience de travail, qui à son tour active ainsi le corps physique. La méditation fournit ainsi une boucle de rétroaction, ce qui permet une connexion consciente avec le Soi intérieur profond. Cette vision de l’être humain est en corrélation avec la vision scientifique de l’acide désoxyribonucléique (ADN) dans le corps. Au niveau cellulaire, l’ADN crée et contrôle toutes les activités du corps.

L’information provenant de l’ADN passe à l’acide ribonucléique (ARN), puis aux acides aminés, à travers lesquels les protéines sont formées. Une boucle de rétroaction au niveau de l’ADN commence un nouveau cycle pour fournir tout ce qui est nécessaire pour les activités de la cellule. En méditation, la boucle de rétroaction vers le Soi intérieur profond (le siège de la connaissance, comme l’ADN) fournit la paix intérieure et le bonheur. C’est ce qui supprime par la suite le stress accumulé de la vie et améliore la santé globale.

Les êtres humains connaissent régulièrement trois états de conscience :

  • Réveil
  • Rêve
  • Sommeil profond

Lorsque la faculté intérieure est en état de conscience éveillée ; elle est consciente du corps physique et est impliquée dans le monde objectif extérieur. Dans l’état de conscience rêveur ; on est conscient du monde intérieur du rêve, mais on n’est pas conscient du corps physique. Dans l’état de conscience du sommeil profond ; la faculté intérieure ne fonctionne pas du tout et n’est consciente de rien. Dans cet état, les dualités telles que le plaisir et la douleur, le bien et le mal, etc., ne sont pas ressenties.

Il n’y a aucune expérience de stress, d’anxiété, de culpabilité, de cupidité, d’envie, de jalousie, de colère, etc. La seule expérience dans cet état d’unité est la paix et le bonheur. C’est pourquoi un sommeil profond ou une « bonne nuit de sommeil » est si agréable.

Le Soi intérieur profond est toujours témoin, ou observateur, de l’activité de la faculté intérieure. L’expérience de regarder ses pensées ou ses rêveries se produit lorsque le Soi intérieur profond est témoin de l’activité de ces états. Pendant l’état de rêve, cela est vécu comme l’observation de ses rêves. Pendant l’état de sommeil profond, cependant, la faculté intérieure dort et ne fonctionne donc pas au niveau de la dualité. De ce fait, on expérimente la paix et la félicité de l’unité ; au réveil, on se sent donc rafraîchi après une bonne nuit de sommeil.

Il existe différentes formes de méditation. Le processus de méditation décrit ici atteint le but de la méditation décrit dans les anciens textes védiques. Ce processus de méditation conduit l’esprit du royaume extérieur du monde objectif au royaume intérieur de la faculté intérieure ; qui comprend l’esprit, l’intellect, l’ego et Chitta – l’entrepôt de tous les souvenirs et impressions de la vie). Il va finalement au-delà des royaumes extérieurs et intérieurs pour atteindre le Soi intérieur profond.

Le Soi intérieur profond est considéré comme une pure conscience immuable qui témoigne de l’activité de la faculté intérieure. La faculté intérieure est la conscience de travail qui change constamment. Aller au-delà de la faculté intérieure changeante vers la conscience pure qui ne change pas fournit donc la paix intérieure et la félicité ; ce qui supprime donc les contraintes accumulées de la vie. Cela a pour effet de dynamiser le corps et d’améliorer la santé globale. 

Dans le sommeil profond, nous pouvons expérimenter l’unité du Soi intérieur profond. Dans le processus de méditation, on fait l’expérience de l’unité du Soi intérieur profond en étant conscient et en ne dormant pas. Cette expérience de la paix et de la félicité de l’unité modifie la faculté intérieure. Les propriétés du Soi intérieur profond commencent à s’étendre à la faculté intérieure ; puisque le Soi intérieur profond est la source de toutes les connaissances. Ces états sont par ailleurs en corrélation avec l’ADN au niveau physique. Les avantages de ce processus s’étendent ainsi à tous les aspects de la vie — physique, mental, émotionnel, spirituel, etc.

Effets de la méditation

Pendant le processus de méditation, le stress accumulé disparaît, l’énergie augmente et c’est pourquoi la santé s’améliore généralement. La recherche a confirmé une multitude d’avantages pour la santé associés à la pratique de la méditation. Il s’agit notamment de la réduction du stress, diminution de l’anxiété, diminution de la dépression, réduction de la douleur (à la fois physique et psychologique), une meilleure mémoire, et donc une efficacité accrue.

Les bienfaits de la méditation sur le corps et l’esprit

Les avantages physiologiques comprennent notamment, une pression artérielle réduite, fréquence cardiaque, lactate, cortisol, et épinéphrine ; diminution du métabolisme, respiration, utilisation de l’oxygène et dioxyde de carbone, élimination et augmentation de la mélatonine, sulfate de déhydroépiandrostérone (DHEA-S), résistance cutanée, et augmentation du flux sanguin acheminé vers le cerveau.

Méditer améliore votre cerveau

il est à savoir que la méditation augmente le flux sanguin cérébral régional dans les régions cingulaires frontales et antérieures du cerveau ; augmente l’efficacité du réseau attentionnel exécutif du cerveau, et augmente ainsi l’électroencéphalogramme. Une étude sur l’effet de la méditation sur le réseau attentionnel exécutif a révélé que les méditants étaient plus rapides dans toutes les tâches. Avec le vieillissement, l’épaisseur corticale cérébrale (matière grise, qui contient des neurones) diminue ; tandis que l’expérience de méditation augmente la matière grise au niveau du cerveau. 

La méditation et l’endurance

La méditation diminue la surstimulation sympathique et réduit le cholestérol et le tabagisme. Une étude portant sur les effets de la méditation sur l’ischémie myocardique induite par l’exercice chez les patients atteints de coronaropathie a révélé que la méditation a considérablement augmenté la tolérance à l’exercice et la charge de travail maximale. Elle aussi retardé le début de la dépression du segment ST. Dans un essai contrôlé randomisé portant sur 201 hommes et femmes afro-américains atteints de maladies coronariennes. De ce fait, la méditation améliore considérablement plusieurs aspects de notre métabolisme.

Recherches menées sur la méditation

Après 5 ans, il y avait une réduction de 48 % du risque de décès, de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux dans le groupe de méditation. Il y a également eu une baisse significative de la pression artérielle et une réduction significative des facteurs de stress psychosocial. L’efficacité des techniques de méditation est significative pour l’épilepsie ; les symptômes du syndrome prémenstruel et les symptômes de la ménopause. Des avantages néanmoins démontrés pour les troubles de l’humeur et de l’anxiété ; les maladies auto-immunes et les troubles émotionnels des maladies néoplasiques. 

Méditer améliore votre métabolisme !

La recherche a montré qu’un programme de changements de style de vie complets ; avec régime végétarien et gestion du stress – exercices de méditation et de respiration ; avait significativement améliorer la santé des participants. Il a aussi modulé l’expression des gènes. Ce qu’on observe chez les patients atteints de cancer de la prostate non traités par chirurgie ; radiothérapie ou hormonothérapie. Cette étude de 3 mois a montré aussi des changements dans plus de 500 gènes ; 48 gènes étaient régulés à la hausse et 453 gènes étaient régulés à la baisse.

Les gènes régulés à la baisse comprenaient des gènes promoteurs de maladies avec des rôles critiques dans la tumorigenèse. Il existe des changements distincts d’expression des gènes. Cela peut être induit non seulement des influences physiques ; mais aussi par des facteurs psychologiques, sociaux et culturels, tels qu’identifiés par le domaine émergent de la génomique psychosociale. Les pratiques de méditation et de yoga affectent donc positivement l’expression des gènes. 

La télomérase est l’enzyme responsable de la protection et du maintien de la longueur des télomères, les capuchons protecteurs à l’extrémité des chromosomes qui favorisent la stabilité chromosomique. Les télomères plus courts qui sont associés à un vieillissement accéléré et à des maladies apparentées. Le stress chronique réduit l’activité de la télomérase et accélère le raccourcissement des télomères et le vieillissement prématuré. Les pratiques de méditation et de yoga améliorent l’activité de la télomérase et la longueur des télomères.

La méditation et le vieillissement

Une étude examinant l’effet de la méditation sur le processus de vieillissement a montré que les méditants à long terme ont un âge biologique significativement plus jeune que les méditants à court terme. La méditation a entraîné donc une réduction importante des paiements aux médecins par une agence gouvernementale d’assurance maladie. Sur une période de 5 ans ; il y a eu donc une réduction cumulative de 28 % chez les méditants par rapport aux non-méditants 

Conclusion

La méditation, telle que décrite dans les anciens textes védiques, est un exercice de conscience. Il se traduit par l’expansion de la conscience au-delà de l’expérience quotidienne de la dualité. C’est une expérience d’unité qui réduit le stress. Elle apporte une créativité et une efficacité accrues au fonctionnement de la faculté intérieure. Il s’agit d’un exercice qui se produit sans que l’esprit ne dirige le processus. Dans l’exercice physique, l’esprit ne dit pas aux muscles de devenir plus forts ; les muscles sont plutôt renforcés automatiquement par le processus d’exercice. De même, dans cet exercice de conscience ; c’est-à-dire la méditation, les résultats sont obtenus automatiquement, pas en contrôlant l’esprit ou toute autre manipulation mentale. Le processus de méditation va au-delà du mental jusqu’au niveau le plus profond du Soi intérieur.

Les bienfaits de la méditation

10 avantages surprenants de la méditation pour la santé

La pratique de la méditation se fait depuis des siècles. Des gens de tous les horizons pratiquent le simple art de la méditation. Pour ceux qui n’ont jamais essayé la méditation auparavant ; cela peut sembler presque trop simple, comme si vous ne faisiez que rester assis en silence !

Cependant, en réalité, la méditation est l’une des pratiques les plus puissantes et les plus efficaces pour la santé et le bien-être d’une manière générale.

Les avantages pour la santé de la méditation sont vraiment exceptionnels. C’est pourquoi, même après des milliers d’années plus tard, les gens pratiquent encore et régulièrement la méditation. La plupart des personnes intéressées par la méditation savent que la pratique régulière de la méditation peut aider à combattre le stress. Elle peut aussi apporter une meilleure concentration mentale et plus de clarté. Cependant, ce que beaucoup de gens ne réalisent toujours pas à propos de la méditation ; c’est qu’elle peut aussi avoir des effets très puissants sur la santé.

Voici les 10 meilleurs avantages pour la santé que vous pouvez avoir grâce à la pratique régulière de la méditation.

1. Elle combat le stress

La raison la plus populaire pour laquelle les gens méditent est qu’elle peut avoir des résultats très puissants pour la gestion et la lutte contre le stress. En effet, ce dernier est si mauvais pour le corps qu’il peut provoquer des maux de tête, des courbatures, de l’anxiété, de la dépression et un certain nombre de symptômes physiques. Commencez à méditer régulièrement pendant seulement 10-15 à 15 minutes à la fois ; vous serez surpris de voir à quelle vitesse le stress disparaît.

2. La méditation améliore votre système immunitaire

C’est l’un des avantages et des bienfaits les plus surprenants de la méditation sur la santé. Plusieurs études ont démontré que la pratique de la méditation d’une manière régulière peut augmenter à la fois la fonction du système immunitaire et que ceux qui méditent régulièrement ont une augmentation au niveau des anticorps pour combattre l’infection. Cela inclut certaines maladies récurrentes comme la grippe et d’autres infections. Selon une étude particulière de l’Université du Wisconsin, la méditation régulière ne renforce pas seulement la fonction immunitaire du corps ; mais elle peut également augmenter l’activité électrique dans le cerveau.

3. La pratique de la méditation réduit les symptômes d’anxiété et de dépression

S’il y a un domaine de la santé qui a été le plus étudié en ce qui concerne la méditation et ses bienfaits pour la santé ; c’est bien celui de la santé mentale. Selon une étude d’évaluation à l’Université Johns Hopkins ; les effets de la méditation sur les personnes souffrant d’anxiété et de dépression sont similaires aux effets des antidépresseurs.

Pour ceux qui souffrent d’anxiété sociale ; il a été prouvé que la méditation consciente aide également à soulager les symptômes de l’anxiété sociale.

4. La méditation peut vous aider avec vos problèmes de pression artérielle

La majorité des personnes qui commencent à pratiquer la méditation peuvent en fait constater beaucoup de bienfaits. Notamment pouvoir abaisser leur tension artérielle et dans certains cas, arrêter la prise de médicaments. En effet, la méditation favorise la relaxation et améliore la circulation sanguine. Lorsque cela se produit, les vaisseaux sanguins s’ouvrent. C’est ce qui améliore la circulation sanguine dans l’ensemble du corps, diminuant ainsi la pression artérielle. C’est un moyen naturel et efficace pour aider à soulager un état de santé perturbant.

5. La pratique de la méditation aide à dormir

S’il y a une inquiétude majeure à propos de la santé que la plupart des gens devraient franchir aujourd’hui pour améliorer leur santé et leur bien-être en général ; C’est bien celle de s’offrir des périodes de sommeil de qualité. Plusieurs études sur la méditation et le sommeil ; y compris une étude majeure de l’Université de Harvard, ont montré que la médiation peut aider à déclencher une réponse de relaxation qui amène les gens à s’endormir et à rester endormis toute la nuit.

La méditation peut également aider les personnes souffrants d’insomnie. Des études réalisées dans ce sens ont montré beaucoup de choses étonnantes. En effet, les gens qui pratiquent une forme de méditation pouvaient s’endormir deux fois plus vite les jours où ils méditaient par rapport aux jours où ils ne le faisaient pas.

6. La méditation peut aider la fertilité

La pratique de la méditation est en mesure d’aider certains systèmes du corps et améliorer la santé. En effet, elle aide système immunitaire à mieux fonctionner. Car elle aide à atténuer le stress qui peut être très préjudiciable au corps. Bien que la méditation n’ait pas d’impact direct sur la capacité d’une personne à tomber enceinte ; une étude de WebMD a révélé que les femmes moins stressées étaient plus susceptibles de concevoir et de tomber enceintes.

7. La méditation peut réduire les risques d’AVC ou de crise cardiaque

Une étude sur la méditation transcendantale avec un groupe d’Américains atteints de maladies cardiaques a révélé que la pratique de la méditation d’une manière régulière peut aussi aider à réduire le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. De grands effets similaires sur la santé peuvent même être obtenus avec des hommes et des femmes en bonne santé qui peuvent souffrir de stress et d’hypertension artérielle, mais pas seulement de maladies cardiaques. La méditation est bonne pour votre cœur et c’est rapide, gratuit et indolore.

8. La pratique de la méditation peut aider à soulager la douleur

Dans une étude du MIT, menée en 2011 ; les chercheurs ont découvert que la méditation peut réellement améliorer la santé de ceux qui souffrent de douleur chronique. Lorsque les gens pratiquent à la méditation pour se concentrer sur les sensations physiques de certaines parties de leur corps, au lieu de se limiter à la zone dans laquelle ils ressentent de la douleur, ils peuvent souvent obtenir des résultats significatifs et perceptibles.

9. Pratiquer la méditation pour lutter contre la dépendance

Ceux qui ont de graves dépendances ; des problèmes de toxicomanie et qui abusent de l’alcool peuvent réaliser de grands avancements sur leur chemin vers le rétablissement avec une pratique régulière de la méditation. Le stress est l’un des principaux facteurs qui poussent les personnes à tomber dans le piège de la dépendance et à céder à leurs démons. La méditation régulière aide à combattre le stress. La réaction en chaîne produite par les bienfaits de la méditation peut aider beaucoup de personnes à mieux contrôler leurs problèmes de dépendance.

10. La méditation peut donner un coup de pouce à votre cerveau

La méditation a beaucoup d’impact sur votre santé physique. Elle peut également vous donner un grand coup de pouce au niveau de votre santé mentale ; car elle vous aide à améliorer votre cerveau. Des études ont montré que la pratique de la méditation peut améliorer votre capacité à traiter les informations. Elle peut également aider à la concentration et à avoir une bonne mémoire et, selon une étude assez récente ; cette dernière a réellement aidé certains participants à mieux performer au niveau du raisonnement verbal.

Lequel de ces bienfaits de la méditation va vous convaincre à commencer votre propre expérience et vous faire votre propre idée sur la question ?

N’hésitez pas alors à partager votre expérience avec nous et aussi à nous faire part de vous commentaires !

Comment la méditation influe-t-elle sur notre façon d’apprendre ?

Quel est l’effet de la méditation sur notre cerveau et notre apprentissage ? De nombreuses anecdotes et certaines études suggèrent que la méditation peut être un outil puissant pour la santé mentale et physique. De nouvelles recherches montrent qu’elle peut avoir un autre avantage : nous aider à apprendre plus rapidement des expériences passées.

D’après des recherches relatives aux bienfaits de cette pratique, la méditation est capable de modifier la façon dont nous apprenons.

Dans une nouvelle étude, des chercheurs de l’Université de Surrey au Royaume-Uni se sont concentrés sur un type particulier de méditation — la « méditation focalisée sur l’attention » — et ont essayé de voir à quel point elle affecte la façon dont une personne apprend.

Cette pratique de méditation exige qu’une personne concentre son attention sur un objet particulier — une bougie allumée ou son propre souffle, par exemple — et maintienne cette concentration pendant un certain temps (apprendre comment commencer la méditation ici).

Les gens utilisent souvent la méditation de concentration de l’attention comme une passerelle vers d’autres types de méditation, car il est plus facile à apprendre et à pratiquer.

« La méditation est un outil puissant pour le corps et l’esprit ; elle peut réduire le stress et améliorer la fonction immunitaire » explique le coauteur de l’étude, Prof. Bertram Opitz.

Mais peut-elle également nous aider à former nos esprits de manière à nous permettre d’apprendre plus rapidement à partir des commentaires ou des informations acquises au cours des expériences passées ?

Les Professeurs Opitz et Paul Knytl, de l’Université de Surrey, suggèrent que la réponse à cette question est « oui ».

Apprendre de nos expériences positives VS les expériences négatives

Les chercheurs ont travaillé avec des personnes qui méditaient et des personnes qui ne le font pas. Il y avait au total 35 participants, dont neuf identifiés comme méditants bouddhistes, 12 pratiquaient la méditation dans un contexte séculier, deux pratiquaient le Qi Gong et les autres non-méditants.

Pour mener cette étude, les enquêteurs ont formé les participants pour bien se débrouiller dans une activité dans laquelle ils devaient sélectionner des images qui étaient les plus susceptibles de leur apporter une récompense particulière.

Dans cet exercice, les participants ont vu des paires d’images, chacune avec différentes probabilités d’apporter une récompense si elle était sélectionnée.

Les chercheurs ont remarqué que ceux qui pratiquaient la méditation avaient un taux de réussite plus élevé dans le choix des images associées aux récompenses que leurs pairs non-méditants.

Ceci, nous expliquent les Prof. Opitz et Knytl, suggère que les méditants ont tendance à apprendre des résultats positifs, tandis que les non-méditants apprennent très probablement des résultats négatifs.

« Les humains méditent depuis plus de 2 000 000 ans, mais les mécanismes neuronaux de cette pratique sont encore relativement inconnus », explique Knytl, qui se spécialise dans les mécanismes neurologiques associés à la méditation de concentration.

« [nos constatations actuelles] démontrent que, de manière approfondie, les personnes qui méditent réagissent aux commentaires de manière plus impartiale que les non-méditants, ce qui peut aider à expliquer certains des avantages psychologiques qu’ils tirent de la pratique », ajoutent-t-ils.

L’effet de la méditation sur le cerveau

Dans la nouvelle étude, l’équipe a également mesuré l’activité cérébrale des participants au cours de leurs tâches en utilisant des électroencéphalogrammes (EEG) ; une méthode qui enregistre l’activité électrique dans le cerveau d’une personne.

Les EEG ont montré que bien que tous les participants aient répondu de la même manière à une rétroaction positive pendant l’exercice ; ceux qui n’ont pas médité ont eu une réponse plus intense à la rétroaction négative que les méditants.

Parmi les participants qui ont médité, ceux qui ont la réponse la plus faible aux commentaires négatifs étaient les praticiens les plus expérimentés.

Knytl et Prof. Opitz pensent que la méditation régulière peut avoir un impact sur les niveaux de dopamine, qui est un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans la régulation de l’humeur et l’agilité physique, entre autres. Cela, à son tour, peut rendre les méditants moins sensibles aux commentaires négatifs.

Les scientifiques notent également que des recherches antérieures ont montré que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson — qui ont des niveaux de dopamine beaucoup plus faibles que la normale — avaient tendance à ne pas bien performer dans les tâches d’apprentissage qui les obligeaient à répondre à des commentaires positifs.

« Ce que nous avons découvert, c’est que [la méditation] peut […] avoir un impact sur la façon dont nous recevons les commentaires, c’est-à-dire si nous apprenons rapidement de nos erreurs ou si nous devons continuer à les faire avant de trouver la bonne réponse. » Prof. Bertram Opitz

Si c’est le cas [alors] cela peut avoir un impact sur la performance des individus sur lieu de travail ou en classe. Ces personnes peuvent bénéficier de la méditation pour augmenter leur productivité ou leur éviter à prendre du retard dans leurs études.

Comment méditer ?

0

L’une des questions les plus courantes que les gens se posent à propose de la méditation est : Comment puis-je commencer à méditer ? ou tout simplement comment méditer ?

Elle est généralement rapidement suivie de « Que dois-je faire ? Comment dois-je m’asseoir ? Combien de temps dois-je rester assis ? Y a-t-il des livres que je devrais lire ?? »

Et parfois, une semaine plus tard, ils rapportent : « Eh bien, j’ai essayé et rien ne s’est produit. Je me suis sûrement trompé ??? »

Il me semble que chaque jour, nous en apprenions de plus en plus sur les merveilleux avantages qu’une pratique de la méditation peut nous apporter. Certains chercheurs ont découvert que seulement 12 minutes par jour de méditation sur une période de huit semaines peuvent produire des changements notables dans le cerveau ; diminuer les niveaux d’anxiété et augmenter la fonction immunitaire ainsi que le bonheur et le bien-être en général.

Et bien que la méditation soit une pratique simple, ce n’est pas toujours facile de commencer à méditer !

Commencer votre pratique de méditation

Combien de temps dois-je méditer ?

Si vous débutez dans la méditation, je vous recommande de commencer lentement. Commencez avec seulement 5 minutes chaque jour. Augmentez progressivement le temps de votre pratique avec le temps. Quand j’ai commencé à méditer, cinq minutes me semblaient une éternité. Je m’entraîne maintenant pendant 30 minutes par jour, et parfois je suis surpris de la rapidité avec laquelle le temps passe quand je médite !

Où dois-je commencer la méditation ?

Un endroit confortable où vous pouvez vous asseoir. Vous pouvez vous asseoir sur le sol (en utilisant un oreiller ou un coussin pour vous soutenir si nécessaire) ou vous asseoir droit sur une chaise, les pieds reposant sur le sol.

Certaines personnes vous recommandent de ne pas vous allonger sur le dos, mais je pense que vous devriez méditer dans la pose qui vous convient le plus {à moins que vous allonger ne vous endorme !} J’aime la description de Jon Kabat-Zinn de la posture de méditation idéale « Incarne la dignité et l’éveil. » Vous voulez être droit, mais pas rigide et serré (droit, PAS rigide !)

Vous pouvez méditer n’importe où, mais j’aime avoir une place spéciale dans ma maison pour ma pratique. 

Que dois-je faire pour bien méditer ?

Commencer la méditation avec une technique simple qui consiste à compter la respiration. Je compte chaque inspiration et expiration avec le même nombre. Donc, mon esprit se concentre sur « Un » {inspirez}, « Un » {expirez}, « Deux » {inspirez}, « Deux » {expirez}, et ainsi de suite. Une fois que j’ai atteint 10 {ce qui arrive rarement avant que mon esprit ne s’égare !} Je recommence à un. Si vous n’aimez pas compter, vous pouvez simplement vous répéter « dedans, dehors… Dedans, dehors… »

Lorsque votre esprit erre, ce qu’il FERA {c’est ce que fait l’esprit !}, ramenez doucement votre attention vers votre respiration. Si vous vous venez de commencer la méditation, n’hésitez pas recommencer à compter parce que vous ne vous souvenez pas où vous vous êtes arrêté, c’est bien aussi ! La clé est de ne pas vous critiquer ou vous juger pour avoir laissé votre attention vagabonder. En fait…

Remarquer que votre esprit a erré est tout l’intérêt de la méditation, vous devenez plus conscient des actions de votre esprit !

Même l’instruction relativement simple de « suivre la respiration » peut sembler un peu vague ou déroutante. Une technique utile consiste à attirer votre attention là où vous remarquez le plus la sensation de respiration — dans la poitrine et les poumons ? Le nez ? Le ventre ? Voilà votre repère. Chaque fois que votre esprit vagabonde, revenez aux sensations physiques de la respiration.

Dès qu’on commence la méditation des pensées surgissent, il est facile de se laisser distraire et de les suivre, de s’y engager, de les résoudre et de les interroger…. Une pratique utile consiste à simplement étiqueter les pensées : « s’inquiéter », « planifier », « se souvenir ». Ne vous inquiétez pas de trouver l’étiquette précise du type de pensée que vous avez. Le simple fait de penser fera l’affaire !

Et si les pensées ne partent pas ? Ça va toujours. Chade-Meng Tan écrit dans « Chercher à l’intérieur de vous-même » : « Lorsque nous lâchons quelque chose qui distrait notre méditation, nous l’invitons doucement à cesser de nous distraire, mais nous lui permettons généreusement de décider si elle veut ou non rester. »

J’adore cette description de la pratique.

Comment puis-je intégrer la méditation dans ma journée ?

Trouvez l’heure de la journée qui vous convient le mieux. Certaines personnes aiment commencer leur journée par la méditation, d’autres préfèrent faire une pause pour la méditation au déjeuner tandis que pour d’autres le meilleur moment pour méditer est le soir.

L’important quand on commence la méditation, c’est d’en faire une habitude. Après plusieurs semaines d’une pratique cohérente, cela deviendra une partie intégrante de votre journée, comme faire de l’exercice ou se brosser les dents ! (Et oubliez le conseil qui dit que vous avez juste besoin de le faire pendant 21 jours. Les dernières recherches indiquent qu’il faut environ 66 jours pour que quelque chose s’intègre à votre routine).Changer vos habitudes au fil du temps crée en fait de nouveaux réseaux de neurones dans votre cerveau, et la pratique fera partie de votre routine quotidienne. 

Obstacles en cours de route

Mais il ne se passe rien !

Commencer la méditation concerne d’abord pratiquer la conscience sans jugement. Nous ne devons pas introduire d’attentes dans notre pratique. Vous pouvez vivre un moment de profonde compréhension lors d’une séance de méditation. Ou vous pourriez vous ennuyer vraiment. Vous pourriez vous sentir confus et agité. Ou vous pourriez vous sentir calme et détendu.

La méditation consiste à embrasser tout ce que vous offre le moment présent. Les avantages de la méditation — une plus grande conscience et maîtrise de soi, un calme et une empathie accrue — apparaîtront avec le temps. Mais chaque session sera complètement différente.

Donc, si vous vous ennuyez, notez simplement : « Voici à quoi ressemble l’ennui ». Si vous êtes satisfait, notez : « Voici à quoi ressemble le contentement. »

Mon {dos, genoux, chevilles…} me font mal quand je médite !!

Techniquement, il n’y a aucun problème à commencer ou à pratiquer la méditation. Mais si vous ressentez des douleurs physiques, vous pouvez faire certaines choses pour vous mettre à l’aise, comme modifier votre posture vers une autre plus confortable ou utiliser un cousin ou tout autre moyen pour être plus à l’aise. Toutefois, cet inconfort et fortement significatif, étant donné qu’il vous renseigne que les flux d’énérgie qui circulent en vous nécessitent plus de travail. Au fur et à mesure que votre pratique s’approfondie, vous ressentirez de moins en moins de tension ou de mal à rester dans une position donnée. 

Est-ce qu’il y a une application qu’on puisse utiliser pour nous aider à méditer ? Naturellement ! De nombreuses applications pour pratiquer la méditation proposent des fonctionnalités intéressantes telles que des cloches d’intervalle {parfait pour attirer votre attention sur la respiration}, des sons de fond personnalisables et des fonctionnalités interactives. Ma préférée est le minuteur de méditation Insight : ils ont beaucoup de méditations guidées, mais dans l’ensemble, c’est très simple et facile à utiliser. Et je souris chaque fois que je vois leur nouveau slogan chaque matin, 

Bienvenue sur “le Meilleur de Soi”

0

Le meilleur de soi est une communauté dédiée au développement des compétences personnels et professionnels. Notre objectif est de faire émerger cette volonté qui fait qu’on Ose devenir le meilleur de Soi. Notre site propose des thématiques qui traitent du développement personnel, de la méditation, des techniques de communication et bien d’autres encore. Le meilleur de soi est conçu dans l’objectif de favoriser le partage et la circulation de l’information.

N’hésitez pas à rejoindre le meilleur de soi et à partager vos remarques et commentaires.