P.N.L
mars 13, 2020

Découvrir La PNL (Programmation neurolinguistique)

Par nemar 3

La PNL (Programmation neurolinguistique)

La programmation neurolinguistique (PNL) est une approche psychologique qui consiste à analyser les stratégies utilisées par les individus qui réussissent et à les appliquer pour atteindre un objectif personnel. Elle relie les pensées, le langage et les modèles de comportement appris par l’expérience à des résultats spécifiques.

Les partisans de la PNL supposent que toute action humaine est positive. Par conséquent, si un plan échoue ou que l’inattendu se produit, l’expérience n’est ni bonne ni mauvaise. Elle ne présente donc que des informations plus utiles. Par ailleurs, toutes nos expériences contribuent à l’élaboration et la programmation de nos structures mentales. 

Histoire de la programmation neurolinguistique

La programmation neurolinguistique a été développée dans les années 1970 à l’Université de Californie à Santa Cruz. Ses principaux fondateurs sont John Grinder, linguiste, et Richard Bandler, informaticien et mathématicien. Judith DeLozier et Leslie Cameron-Bandler ont également contribué de manière significative au domaine, tout comme David Gordon et Robert Dilts.

Le premier livre de Grinder et Bandler sur la PNL est Structure of Magic: A Book about Language of Therapy, est sorti en 1975.

Le livre est traduit en langue française sous le titre : La Structure de la Magie. Il est considéré comme le livre fondateur de la pratique de la programmation neurolinguistique. Dans cette publication, les auteurs mettent en évidence certains modes de communication qui distinguent les communicateurs d’excellence des autres.

Les sources d’inspiration de la PNL

Une grande partie du livre se base sur le travail de Virginia Satir, Fritz Perls et Milton Erickson. Il a également intégré des techniques et des théories d’autres professionnels de la santé mentale et chercheurs renommés ; tels Noam Chomsky, Gregory Bateson, Carlos Castaneda et Alfred Korzybski. Le résultat du travail de Grinder et Bandler a été le développement du métamodèle PNL. Une technique qui, selon eux, pourrait identifier les modèles de langage qui reflètent les processus cognitifs de base.

L’intérêt pour la programmation neurolinguistique (PNL) a augmenté à la fin des années 1970. Date à laquelle Bandler et Grinder ont commercialisé l’approche comme un outil permettant aux gens d’apprendre comment les autres réussissent. Aujourd’hui, une grande variété de domaines exploitent les outils de la PNL. Ces domaines incluent le coaching, la médecine, le droit, les affaires, les arts du spectacle, les sports, l’armée et l’éducation.

Fonctionnement de la programmation neurolinguistique

La modélisation, l’action et une communication efficace sont les éléments clés de la programmation neurolinguistique. C’est-à-dire que si une personne comprend comment une autre accomplit une tâche. Le processus peut être ainsi exploité et communiqué aux autres afin qu’ils puissent eux aussi accomplir la tâche.

Les partisans de la programmation neurolinguistique proposent que chacun ait une carte personnelle de la réalité. Ceux qui pratiquent la PNL analysent leurs propres perspectives et d’autres pour créer un aperçu systématique d’une situation.

En comprenant un éventail de perspectives, l’utilisateur de la PNL obtient donc beaucoup plus d’informations. Les partisans de cette école de pensée croient que les sens sont essentiels au traitement des informations. Ce qui fait que le corps et l’esprit s’influencent mutuellement.

Concepts de base de la PNL

La programmation neurolinguistique est une approche expérientielle. Par conséquent, si une personne veut comprendre une action, elle doit effectuer cette même action pour apprendre de l’expérience.

Les praticiens de la PNL croient qu’il existe des hiérarchies naturelles d’apprentissage, de communication et de changement. Les six niveaux logiques de changement sont :

  • But et spiritualité : Cela peut être une implication dans quelque chose de plus grand que soi, comme la religion, l’éthique ou un autre système. Il s’agit du plus haut niveau de changement.
  • Identité : L’identité est la personne que vous vous percevez et comprend vos responsabilités et les rôles que vous jouez dans la vie.
  • Croyances et valeurs : ce sont votre système de croyances personnelles et les problèmes qui vous importent.
  • Capacités et compétences : ce sont vos capacités et ce que vous pouvez faire.
  • Comportements : les comportements sont les actions spécifiques que vous effectuez.
  • Environnement : votre environnement est votre contexte ou votre environnement, y compris toute autre personne autour de vous. Il s’agit du niveau de changement le plus bas.

Le but de chaque niveau logique (en termes de programmation neurolinguistique) est d’organiser et de diriger les informations en dessous. Par conséquent, une modification à un niveau inférieur peut entraîner des modifications à un niveau supérieur. Cependant, la modification d’un niveau supérieur entraînera également des changements dans les niveaux inférieurs, selon la théorie de la PNL.

Programmation neurolinguistique en thérapie

Un concept de base de la programmation neurolinguistique PNL peut-être résumé par le dicton : « La carte n’est pas le territoire ».

Cet axiome met en évidence les différences entre croyance et réalité. Il souligne que chaque personne opère dans sa propre perspective plutôt que dans un lieu d’objectivité. Les partisans de la PNL croient que la perception de tout le monde du monde est déformée, limitée et unique. Un thérapeute qui pratique la PNL doit donc comprendre la carte mentale de la personne en face de lui. Il faut comprendre cette « carte » et l’effet qu’elle produit sur la perception, le comportement et les idées.

La carte du monde d’un individu se forme à partir de données reçues par les sens. Ces informations peuvent être auditives, visuelles, olfactives, gustatives ou kinesthésiques.

Le Thérapeute PNL

Les praticiens de la PNL croient que ces informations diffèrent individuellement en termes de qualité et d’importance. Ils indiquent aussi que chaque personne traite ses expériences en utilisant un système de représentation primaire (PRS). Pour qu’un thérapeute en PNL puisse travailler efficacement avec une personne en traitement ; il doit d’abord essayer de correspondre au PRS de cette personne pour utiliser sa carte personnelle. Les praticiens de la PNL pensent qu’il est possible d’accéder aux systèmes de représentation. Cela en utilisant certains indices, tels que les mouvements oculaires ou la posture du corps.

Les thérapeutes de la PNL travaillent avec les gens pour comprendre leurs modes de pensée et de comportement ; leur état émotionnel et leurs aspirations. En examinant la carte d’une personne, le thérapeute peut donc aider à trouver et à renforcer les compétences ; ce qui notamment développer de nouvelles stratégies pour remplacer celles qui ne sont pas productives. Ce processus peut aider les individus en thérapie à atteindre leurs objectifs de traitement.

Exploitation de la PNL

Les partisans de la PNL affirment que l’approche produit des résultats rapides et durables. Elle permet aussi d’améliorer la compréhension des modèles cognitifs et comportementaux.

La PNL cherche également à établir une communication efficace entre les processus mentaux conscients et inconscients. En effet, elle peut aider les gens à accroître leur créativité et leurs compétences en matière de résolution de problèmes. Certains défenseurs de la PNL la comparent l’approche de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ; mais affirment que des changements positifs peuvent se faire plus rapidement grâce à la PNL.

Depuis sa création, l’utilisation de la programmation neurolinguistique se fait pour traiter un large éventail de problèmes. Notamment :

Recherche en programmation neurolinguistique

Bien qu’en nombre limité, des études scientifiques ont examiné l’efficacité de la PNL comme méthode de traitement alternatif. Dans une étude réalisée en 2013 ; des chercheurs ont essayé de savoir si le langage et les techniques de visualisation étaient utiles. En effet, on a souligné lors de cette étude que les programmes neurolinguistiques pouvaient aider les enfants. Ceci, en facilitant l’apprentissage en classe ainsi que leur motivation. 

Les chercheurs ont conclu que les techniques de PNL ont aidé les enfants à développer un état d’esprit positif propice à l’apprentissage. Cependant, il faut souligné qu’il s’agissait de « conclusions provisoires brèves ». En plus d’autres facteurs limitatifs, l’échantillon ne comprenait que sept enfants.

Exemple d’études menées sur la PNL

Les praticiens de la PNL affirment que le mouvement des yeux peut être un indicateur fiable pour la détection du mensonge. En 2012, les chercheurs ont testé cette affirmation dans une série de trois études. Dans la première étude, les mouvements oculaires des participants qui disaient la vérité ou mentaient ne correspondaient pas aux modèles proposés par la PNL.

Dans la deuxième étude (réalisée avec deux groupe), le premier, instruit de l’hypothèse du mouvement oculaire de la PNL tandis que le groupe témoin ne l’était pas. Cependant, il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes après un test de détection de mensonge.

Dans la troisième étude, les mouvements oculaires de chaque groupe ont été codés lors de conférences de presse publiques. Encore une fois, il n’y avait pas de différence significative dans le mouvement des yeux entre eux.

Un examen systématique de l’impact de la PNL sur la santé a été réalisé par des chercheurs en 2012. Dans cette revue dix études portant sur des questions telles que la toxicomanie, l’anxiété, la gestion du poids, les nausées matinales et la claustrophobie ont été évaluées. Les chercheurs ont conclu que, même s’il n’existait pas de preuves solides de l’inefficacité de la PNL, il y avait peu de preuves suggérant que les interventions de la PNL amélioraient la santé.

Préoccupations et limites de la programmation neurolinguistique

En raison en partie de sa nature éclectique, la programmation neurolinguistique est difficile à définir comme une modalité de traitement. Ainsi, limitation la plus importante de la programmation neurolinguistique est sans doute le manque de preuves empiriques à l’appui des nombreuses affirmations de ses promoteurs.

Bien que de nombreux témoignages vantent cette approche ; peu d’études scientifiques ont jusqu’à présent fourni une preuve ferme et impartiale de son efficacité. Le cofondateur de la PNL, Richard Bandler, a souvent exprimé son désaccord avec les tests scientifiques réalisés sur la PNL.

De plus, le manque de réglementation en matière de formation et de certification ; implique que de nombreux praticiens de la PNL le sont malgré le manque d’expérience, ou de formation en santé mentale.