mars 1, 2020

Tout savoir sur la méditation

Par nemar 3

La méditation / origine

La pratique de la méditation est devenue populaire dans de nombreux pays occidentaux.En particulier aux États-Unis. Un corpus de recherche sans cesse croissant ; montre divers avantages pour la santé associés à la méditation. Aussi, ces découvertes ont suscité de l’intérêt dans le domaine de la médecine. La méditation est l’une des modalités utilisées dans l’Ayurveda (Science de la vie). C’est aussi un système de santé complet et naturel qui est né à l’époque védique ancienne de l’Inde.

Le terme « méditation » est maintenant vaguement utilisé pour désigner un grand nombre de techniques diverses. Ceux-ci incluent notamment : la contemplation, la concentration, l’utilisation de sons de la nature tels que l’océan, la méditation guidée, les exercices de mouvements méditatifs tels que le yoga et le tai-chi, le qi gong, les exercices de respiration et le mantra. Ces techniques fonctionnent à différents niveaux tels que les sens, l’esprit, l’intellect et les émotions. Il est à noter que certaines techniques sont faciles à apprendre et à pratiquer ; tandis que d’autres sont plus difficiles et peuvent amener les participants à abandonner la pratique assez rapidement. Selon la science védique, (la connaissance des textes védiques de l’Inde ancienne); le véritable but de la méditation est de se connecter à son Soi intérieur profond. Les techniques qui atteignent ce but servent le véritable but de la méditation.

Les corrélats neurologiques et physiologiques des expériences méditatives ont été fortement étudiés. Cet article décrit le processus de méditation à un niveau plus fondamental ; vise à éclairer d’une nouvelle lumière le mécanisme sous-jacent plus profond des effets bénéfiques associés à la méditation. La recherche sur les effets de la méditation est résumée dans ce qui suit.

Le processus de la méditation

Pour vraiment comprendre la méditation ; il faut comprendre comment l’être humain est vu par la science védique. La connaissance des textes védiques de l’Inde ancienne. L’être humain se compose de trois aspects, avec leurs fonctions associées :

  1. Le Corps physique
  2. Faculté intérieure : la conscience de travail, qui est en constante évolution. Elles comprennent : 
    1. Esprit : Traite les perceptions sensorielles ; a la qualité de la dualité, comme on le voit dans des paires d’opposés, par exemple, le plaisir et la douleur, le bien et le mal, le chaud et le froid, etc.
    2. Intellect : analyse, discrimine, décide et juge
    3. Ego : L’acteur et expérimentateur
    4. Chitta : Le magasin de tous les souvenirs et impressions de la vie
  3. Soi intérieur profond : la pure conscience immuable, qui a la qualité d’unité et témoigne de l’activité de la faculté intérieure. Le Soi intérieur profond est la source de toutes les connaissances ; l’intelligence, la créativité et toutes les lois naturelles qui régissent l’existence.

Selon la science védique, le Soi intérieur profond active la faculté intérieure. La conscience de travail, qui à son tour active ainsi le corps physique. La méditation fournit ainsi une boucle de rétroaction, ce qui permet une connexion consciente avec le Soi intérieur profond. Cette vision de l’être humain est en corrélation avec la vision scientifique de l’acide désoxyribonucléique (ADN) dans le corps. Au niveau cellulaire, l’ADN crée et contrôle toutes les activités du corps.

L’information provenant de l’ADN passe à l’acide ribonucléique (ARN), puis aux acides aminés, à travers lesquels les protéines sont formées. Une boucle de rétroaction au niveau de l’ADN commence un nouveau cycle pour fournir tout ce qui est nécessaire pour les activités de la cellule. En méditation, la boucle de rétroaction vers le Soi intérieur profond (le siège de la connaissance, comme l’ADN) fournit la paix intérieure et le bonheur. C’est ce qui supprime par la suite le stress accumulé de la vie et améliore la santé globale.

Les êtres humains connaissent régulièrement trois états de conscience :

  • Réveil
  • Rêve
  • Sommeil profond

Lorsque la faculté intérieure est en état de conscience éveillée ; elle est consciente du corps physique et est impliquée dans le monde objectif extérieur. Dans l’état de conscience rêveur ; on est conscient du monde intérieur du rêve, mais on n’est pas conscient du corps physique. Dans l’état de conscience du sommeil profond ; la faculté intérieure ne fonctionne pas du tout et n’est consciente de rien. Dans cet état, les dualités telles que le plaisir et la douleur, le bien et le mal, etc., ne sont pas ressenties.

Il n’y a aucune expérience de stress, d’anxiété, de culpabilité, de cupidité, d’envie, de jalousie, de colère, etc. La seule expérience dans cet état d’unité est la paix et le bonheur. C’est pourquoi un sommeil profond ou une « bonne nuit de sommeil » est si agréable.

Le Soi intérieur profond est toujours témoin, ou observateur, de l’activité de la faculté intérieure. L’expérience de regarder ses pensées ou ses rêveries se produit lorsque le Soi intérieur profond est témoin de l’activité de ces états. Pendant l’état de rêve, cela est vécu comme l’observation de ses rêves. Pendant l’état de sommeil profond, cependant, la faculté intérieure dort et ne fonctionne donc pas au niveau de la dualité. De ce fait, on expérimente la paix et la félicité de l’unité ; au réveil, on se sent donc rafraîchi après une bonne nuit de sommeil.

Il existe différentes formes de méditation. Le processus de méditation décrit ici atteint le but de la méditation décrit dans les anciens textes védiques. Ce processus de méditation conduit l’esprit du royaume extérieur du monde objectif au royaume intérieur de la faculté intérieure ; qui comprend l’esprit, l’intellect, l’ego et Chitta – l’entrepôt de tous les souvenirs et impressions de la vie). Il va finalement au-delà des royaumes extérieurs et intérieurs pour atteindre le Soi intérieur profond.

Le Soi intérieur profond est considéré comme une pure conscience immuable qui témoigne de l’activité de la faculté intérieure. La faculté intérieure est la conscience de travail qui change constamment. Aller au-delà de la faculté intérieure changeante vers la conscience pure qui ne change pas fournit donc la paix intérieure et la félicité ; ce qui supprime donc les contraintes accumulées de la vie. Cela a pour effet de dynamiser le corps et d’améliorer la santé globale. 

Dans le sommeil profond, nous pouvons expérimenter l’unité du Soi intérieur profond. Dans le processus de méditation, on fait l’expérience de l’unité du Soi intérieur profond en étant conscient et en ne dormant pas. Cette expérience de la paix et de la félicité de l’unité modifie la faculté intérieure. Les propriétés du Soi intérieur profond commencent à s’étendre à la faculté intérieure ; puisque le Soi intérieur profond est la source de toutes les connaissances. Ces états sont par ailleurs en corrélation avec l’ADN au niveau physique. Les avantages de ce processus s’étendent ainsi à tous les aspects de la vie — physique, mental, émotionnel, spirituel, etc.

Effets de la méditation

Pendant le processus de méditation, le stress accumulé disparaît, l’énergie augmente et c’est pourquoi la santé s’améliore généralement. La recherche a confirmé une multitude d’avantages pour la santé associés à la pratique de la méditation. Il s’agit notamment de la réduction du stress, diminution de l’anxiété, diminution de la dépression, réduction de la douleur (à la fois physique et psychologique), une meilleure mémoire, et donc une efficacité accrue.

Les bienfaits de la méditation sur le corps et l’esprit

Les avantages physiologiques comprennent notamment, une pression artérielle réduite, fréquence cardiaque, lactate, cortisol, et épinéphrine ; diminution du métabolisme, respiration, utilisation de l’oxygène et dioxyde de carbone, élimination et augmentation de la mélatonine, sulfate de déhydroépiandrostérone (DHEA-S), résistance cutanée, et augmentation du flux sanguin acheminé vers le cerveau.

Méditer améliore votre cerveau

il est à savoir que la méditation augmente le flux sanguin cérébral régional dans les régions cingulaires frontales et antérieures du cerveau ; augmente l’efficacité du réseau attentionnel exécutif du cerveau, et augmente ainsi l’électroencéphalogramme. Une étude sur l’effet de la méditation sur le réseau attentionnel exécutif a révélé que les méditants étaient plus rapides dans toutes les tâches. Avec le vieillissement, l’épaisseur corticale cérébrale (matière grise, qui contient des neurones) diminue ; tandis que l’expérience de méditation augmente la matière grise au niveau du cerveau. 

La méditation et l’endurance

La méditation diminue la surstimulation sympathique et réduit le cholestérol et le tabagisme. Une étude portant sur les effets de la méditation sur l’ischémie myocardique induite par l’exercice chez les patients atteints de coronaropathie a révélé que la méditation a considérablement augmenté la tolérance à l’exercice et la charge de travail maximale. Elle aussi retardé le début de la dépression du segment ST. Dans un essai contrôlé randomisé portant sur 201 hommes et femmes afro-américains atteints de maladies coronariennes. De ce fait, la méditation améliore considérablement plusieurs aspects de notre métabolisme.

Recherches menées sur la méditation

Après 5 ans, il y avait une réduction de 48 % du risque de décès, de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux dans le groupe de méditation. Il y a également eu une baisse significative de la pression artérielle et une réduction significative des facteurs de stress psychosocial. L’efficacité des techniques de méditation est significative pour l’épilepsie ; les symptômes du syndrome prémenstruel et les symptômes de la ménopause. Des avantages néanmoins démontrés pour les troubles de l’humeur et de l’anxiété ; les maladies auto-immunes et les troubles émotionnels des maladies néoplasiques. 

Méditer améliore votre métabolisme !

La recherche a montré qu’un programme de changements de style de vie complets ; avec régime végétarien et gestion du stress – exercices de méditation et de respiration ; avait significativement améliorer la santé des participants. Il a aussi modulé l’expression des gènes. Ce qu’on observe chez les patients atteints de cancer de la prostate non traités par chirurgie ; radiothérapie ou hormonothérapie. Cette étude de 3 mois a montré aussi des changements dans plus de 500 gènes ; 48 gènes étaient régulés à la hausse et 453 gènes étaient régulés à la baisse.

Les gènes régulés à la baisse comprenaient des gènes promoteurs de maladies avec des rôles critiques dans la tumorigenèse. Il existe des changements distincts d’expression des gènes. Cela peut être induit non seulement des influences physiques ; mais aussi par des facteurs psychologiques, sociaux et culturels, tels qu’identifiés par le domaine émergent de la génomique psychosociale. Les pratiques de méditation et de yoga affectent donc positivement l’expression des gènes. 

La télomérase est l’enzyme responsable de la protection et du maintien de la longueur des télomères, les capuchons protecteurs à l’extrémité des chromosomes qui favorisent la stabilité chromosomique. Les télomères plus courts qui sont associés à un vieillissement accéléré et à des maladies apparentées. Le stress chronique réduit l’activité de la télomérase et accélère le raccourcissement des télomères et le vieillissement prématuré. Les pratiques de méditation et de yoga améliorent l’activité de la télomérase et la longueur des télomères.

La méditation et le vieillissement

Une étude examinant l’effet de la méditation sur le processus de vieillissement a montré que les méditants à long terme ont un âge biologique significativement plus jeune que les méditants à court terme. La méditation a entraîné donc une réduction importante des paiements aux médecins par une agence gouvernementale d’assurance maladie. Sur une période de 5 ans ; il y a eu donc une réduction cumulative de 28 % chez les méditants par rapport aux non-méditants 

Conclusion

La méditation, telle que décrite dans les anciens textes védiques, est un exercice de conscience. Il se traduit par l’expansion de la conscience au-delà de l’expérience quotidienne de la dualité. C’est une expérience d’unité qui réduit le stress. Elle apporte une créativité et une efficacité accrues au fonctionnement de la faculté intérieure. Il s’agit d’un exercice qui se produit sans que l’esprit ne dirige le processus. Dans l’exercice physique, l’esprit ne dit pas aux muscles de devenir plus forts ; les muscles sont plutôt renforcés automatiquement par le processus d’exercice. De même, dans cet exercice de conscience ; c’est-à-dire la méditation, les résultats sont obtenus automatiquement, pas en contrôlant l’esprit ou toute autre manipulation mentale. Le processus de méditation va au-delà du mental jusqu’au niveau le plus profond du Soi intérieur.